Étienne Doyon

Consultations prébudgétaires : le CSI présente ses propositions

« Il faut que le Canada se donne les moyens de ses ambitions »

Le Carrefour de solidarité internationale (CSI) de Sherbrooke faisait partie des groupes privilégiés pour faire ses propositions à la ministre du Développement international et de la Francophonie du Canada, Marie-Claude Bibeau, dans le cadre des consultations prébudgétaires.

Le directeur par intérim du CSI, Étienne Doyon, soutient que le Canada se dirige dans la bonne direction avec l'adoption en juin dernier d'une politique d'aide internationale tournée vers les femmes.

Le CSI propose que pour bien mettre en œuvre cette nouvelle politique d'aide féministe et concrétise son rôle de leader en matière d'aide internationale, le Canada doit rehausser progressivement le financement de l'enveloppe d'aide internationale.

« Avec la croissance économique du Canada, l'aide internationale se situera à environ 0,27 pour cent du revenu national brut soit le plus petit engagement monétaire au développement international depuis 50 ans. Le Canada a adopté une politique féministe ambitieuse en terme d'aide internationale. Il faudrait que les investissements puissent suivre pour atteindre 0,4 pour cent du produit national brut, soit la moyenne des pays de l'OCDE pour ensuite viser les objectifs de l'ONU de 0,7 pour cent », explique Étienne Doyon.

Le CSI propose que l'enveloppe budgétaire en matière d'aide internationale puisse être augmentée de 706 millions $.

Selon Étienne Doyon cette hausse de l'aide internationale pourrait être consacrée à divers niveaux dont la mise en place d'un financement en coopération climatique internationale.

« Notre deuxième proposition vise cet objectif. Les conséquences des changements climatiques se font sentir particulièrement dans les pays les plus pauvres. Les femmes demeurent les premières victimes de ces changements climatiques. Il faut attaquer le problème à la base pour éviter que les inégalités s'accentuent de façon trop importante. Nous souhaitons que le budget 2018 puisse prévoir un financement clair et transparent visant la mise en place d'un programme de coopération climatique internationale », estime Étienne Doyon du CSI.

C'est la deuxième année que le CSI se présente devant la ministre Bibeau et député de Compton-Stanstead pour faire part de ses propositions.

« Nous continuons à faire des revendications dans le même sens, mais de façon plus précise. Nous sommes sûrs que la ministre Bibeau aura une belle écoute pour nos demandes. Nous constatons à travers nos projets que l'aide du Canada peut faire une différence », explique Étienne Doyon.

Le CSI fera aussi part de ses observations au député de Sherbrooke Pierre-Luc Dussault qui siège au comité permanent des finances.

« Les conséquences des changements climatiques se font sentir particulièrement dans les pays les plus pauvres. Les femmes demeurent les premières victimes de ces changements climatiques. Il faut attaquer le problème à la base pour éviter que les inégalités s'accentuent de façon trop importante. »

Étienne Doyon

Illustration(s) :

Photo archives La Tribune, Maxime Picard

Étienne Doyon, directeur par intérim du Carrefour de solidarité internationale