Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Condo loué sur Airbnb et saccagé: Carolane Mallet rattrapée par la justice

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Accusée d’avoir saccagé un condo loué sur Airbnb à Sherbrooke, Carolane Mallet a été rattrapée par la justice.

Le mandat d’arrestation qui avait été lancé contre la jeune femme de 22 ans de Granby un peu avant Noël a été exécuté au cours des derniers jours.

Carolane Mallet a été identifiée par le Service de police de Granby alors qu’elle circulait sur la rue Centre dans la nuit du 3 au 4 janvier dernier vers 1 h.

Le mandat d’arrestation a alors été exécuté.

Elle s’est retrouvée menottes aux poings devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Son avocate Me Mireille Leblanc a obtenu du tribunal que Carolane Mallet soit libérée sous conditions en attendant qu’elle plaide coupable dans son dossier.

Elle reviendra devant le tribunal le 15 janvier au même moment que la coaccusée dans cette affaire, Alyson Jalbert-Lamoureux.

7000 $ de dommages

Les deux femmes sont accusées d’avoir causé pour environ 7000 $ de dommages au logement loué sur la rue Triest en janvier 2019.

Devant le tribunal en septembre 2020, les deux femmes avaient exprimé leur intention de rembourser le montant des dommages causés.

Une partie des dommages avait été remboursée par Airbnb, mais un montant reste à être versé à la victime pour la totalité des dommages.

C’est la propriétaire des lieux qui a remarqué que quelque chose ne tournait pas rond lorsqu’elle est passée près de son condo.

Elle avait constaté qu’une fenêtre était grande ouverte en plein mois de janvier. La porte était débarrée et il manquait plusieurs objets. Elle gardait des équipements d’esthétique dans son logis. Elle a constaté que les deux locataires de passage s’étaient servies et qu’elles avaient pigé dans tous ses objets de valeur allant des vêtements, aux sacs à main en passant par les appareils électroniques.

Certains éléments avaient été mis en vente sur Facebook.

Une enquête du Service de police de Sherbrooke a permis de remonter jusqu’aux deux accusées.

Dans un échange de courriels avec La Tribune, Airbnb rappelait lors du dépôt des accusations que le partage responsable était essentiel et que les incidents négatifs étaient très rares.