Compressions: soulagement chez les CPE

Les centres de la petite enfance (CPE) de la région poussent un soupir de soulagement à la suite d'une entente intervenue avec Québec.
« On est très soulagé et content que ça se soit passé relativement rapidement. Ce sont des règles qui s'appliquaient à compter du premier juillet. On en venait à la conclusion que c'était impossible à appliquer », commente Judith Laflamme, directrice adjointe au Regroupement des centres de la petite enfance des Cantons-de-l'Est (RCPECE), en faisant allusion aux coupes qu'auraient dû exercer les CPE.
Québec et et les CPE sont parvenus à une entente, jeudi. Le gouvernement récupérera tout de même 31 M $, mais il pigera dans les surplus accumulés des CPE de la province.
L'entente est valide pour cette année. Le gouvernement fait aussi marche arrière en ce qui concerne la révision des barèmes de financement. Les changements apportés au financement des enfants de quatre ans auraient fait mal aux CPE.
Un plan d'action avait été adopté dans la région, cette semaine, afin de faire connaître le mécontentement des CPE, du milieu et des parents au gouvernement.
En Estrie, les compressions exigées par Québec représentaient minimalement des coupes de 3 M $, selon des données préliminaires du RCPECE.
Texte complet à lire dans La Tribune de samedi.