La propriétaire de Toilettage Chic Canin, Sandrine Trudelle, espère retrouver sa clientèle bientôt.
La propriétaire de Toilettage Chic Canin, Sandrine Trudelle, espère retrouver sa clientèle bientôt.

Clients impatients et toiletteurs impuissants

Sherbrooke – Pendant que le déconfinement et la reprise des activités se poursuivent dans plusieurs régions du Québec, les salons de toilettage au Québec demeurent fermés au public et aucune date de reprise n’a encore été avancée. Impuissants, les propriétaires de salons comme d’autres commerces de service doivent composer avec l’impatience grandissante de leur clientèle.

Chez Sara-Toutou comme chez Toilettage Chic Canin et l’ensemble des salons de toilettage, on doit plusieurs fois par jour expliquer et justifier l’arrêt forcé des services pour les animaux de compagnie bien que les contacts directs entre humains puissent être gérés.

« Les poils du chien sont porteurs du virus, et si le client a le virus, il est inévitablement sur le chien. Donc la distanciation devient alors impossible à respecter, par conséquent on s’expose au virus. Ça devient un vrai casse-tête », soulignait encore récemment l’entreprise Sara-Toutou sur sa page Facebook.

Quant à elle, Sandrine Trudelle de Toilettage Chic Canin décrit la situation comme une catastrophe. Les clients l’appellent au moins cinq à six fois par jour dans l’espoir d’obtenir un rendez-vous. Malheureusement, elle doit décliner peu importe l’urgence. 

« Je dois même gérer les clients qui me demandent de venir à leur domicile en cachette », mentionne Sandrine Trudelle.

La situation est similaire chez Sara-Toutou où la propriétaire précise que les clients ne réussiront pas à la convaincre d’offrir ses services, et ce, tant qu’elle n’a pas la confirmation officielle du gouvernement. Inutile donc de la supplier par téléphone ou par courriel.

Et ce même si toutou nécessite un entretien du poil en raison des réactions allergiques d’un membre de la maisonnée, qu’il s’est empêtré dans un paquet de capitules de bardanes ou que la taille des griffes s’avère nécessaire.

 « C’est certain que la taille des griffes commence à devenir urgente pour certains chiens, et d’autres ont les poils dans les yeux ou bien des nœuds. Je suis consciente que c’est difficile pour certains clients de concevoir que ce n’est pas considéré comme un service essentiel. Pour des urgences, j’aimerais bien les aider », souligne Sara-Toutou. 

La pandémie soulève pour plusieurs l’importance des services de toilettage.

« Il est temps que notre métier soit considéré comme autre chose que tout simplement être une fille qui donne des bains et flatte des chiens toute la journée », se désole la toiletteuse Sandrine Trudelle.

En attente de directives

« Nous sommes tous dans le même bateau. Plus de 200 chiens attendent », souligne encore une fois la propriétaire de Sara-Toutou.

Les toiletteuses prient leurs clients d’être patients pendant qu’elles se préparent à une éventuelle reprise des activités dans un environnement sécuritaire pour tous. Ainsi, l’accueil se ferait à l’extérieur, les salons utiliseraient leurs propres laisses, les paiements se feront sans contact ni argent comptant et le personnel porterait les équipements de protection requis.