Yves Bolduc

Claude Castonguay demande à Philippe Couillard de démettre le ministre Bolduc

Le ministre de l'Éducation Yves Bolduc doit démissionner en raison de son comportement inacceptable, a déclaré lundi l'ancien ministre libéral de la Santé Claude Castonguay.M. Castonguay, qui est à l'origine du régime public d'assurance maladie, estime que M. Bolduc a mal agi en acceptant, à titre de médecin de famille, une prime pour prendre en charge des patients qu'il a abandonnés lorsque les libéraux ont été élus au gouvernement en avril.
Dans une lettre ouverte au premier ministre Philippe Couillard, publiée lundi, M. Castonguay affirme que M. Bolduc «n'est plus digne de conserver la haute fonction de ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur».
Après la défaite de septembre 2012 qui a porté le Parti québécois au pouvoir, M. Bolduc a repris du service comme médecin dans une clinique privée de Québec, où il a bénéficié d'un incitatif totalisant 215 000 $, entre 100 $ et 200 $ par personne, pour prendre en charge des patients qui étaient sur une liste d'attente parce qu'ils n'avaient pas de médecin de famille, a révélé Le Soleil la semaine dernière.
M. Bolduc, lui-même un ancien ministre de la Santé, a expliqué qu'il lui était impossible de poursuivre son engagement comme médecin lorsqu'il a été nommé ministre de l'Éducation par M. Couillard.
En entrevue avec La Presse Canadienne, lundi, M. Castonguay a expliqué que la situation est inacceptable, même si M. Bolduc a respecté les règles, qui prescrivent une prise en charge d'au moins 12 mois pour être admissible à la prime.
«Ce n'est pas une question de légalité, ce n'est pas une question de savoir si traiter des patients c'est correct pour un médecin, a-t-il dit. C'est une question de comportement, un comportement de la part d'un ex-ministre, alors qu'il était député, qu'il aspirait à redevenir ministre, un comportement qui n'est pas acceptable, surtout dans le cadre d'un gouvernement qui demande un peu à tout le monde de se serrer la vis.»
La semaine dernière, M. Couillard avait pris la défense de M. Bolduc. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a pour sa part jugé que les contribuables en ont eu pour leur argent.
Le cabinet de M. Couillard n'a pas voulu commenter la lettre de M. Castonguay et il n'a pas été possible d'avoir d'entrevue avec M. Bolduc.
Dans sa lettre publiée lundi par le quotidien La Presse, M. Castonguay écrit que M. Bolduc s'est «évidemment servi de sa connaissance du système de rémunération des médecins consenti alors qu'il était ministre de la Santé».
«C'est ainsi qu'il est allé chercher le maximum en donnant le minimum, aussi bien comme député qu'en tant que médecin, a-t-il dit. Alors que le Québec traverse une période difficile, il a donné le pire des exemples en se servant à deux mains dans notre pauvre assiette à beurre. Il n'est plus digne de conserver la haute fonction de ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.»
En entrevue téléphonique, M. Castonguay a affirmé que M. Couillard a la responsabilité de réclamer cette démission.
«Je m'adresse à M. Couillard parce que c'est lui qui est le chef du gouvernement et c'est lui qui détermine qui doit faire partie de son gouvernement», a-t-il dit.