Le recteur de l’UdeS Pierre Cossette.

Classement des universités canadiennes de recherche: l’UdeS au 15e rang

L’Université de Sherbrooke monte au palmarès des plus grandes institutions universitaires de recherche au Canada.

Dans ses résultats 2019 dévoilés jeudi, la firme Research Infosource mentionne que l’Université de Sherbrooke est passée de la 18e à la 15e place au classement des universités canadiennes affichant les plus importants revenus de recherche. L’institution attribue cette position à la ténacité, au savoir-faire et à la diligence de ses équipes de chercheurs. Cette vitalité se répercute sur le prestigieux classement Canada’s Top 50 Research Universities, ajoute-t-on.

L’UdeS rapporte une hausse marquée des subventions de recherche, lesquelles sont habituellement accordées pour une période de trois à sept ans. Il est donc tout à fait raisonnable de croire que l’UdeS maintiendra son rang l’an prochain et même grimperra davantage au classement.

Selon le professeur Pierre Cossette, recteur de l’UdeS, ce saut témoigne de l’excellente posture de l’UdeS. « Ces résultats confirment la pertinence de nos stratégies interdisciplinaires, qui mobilisent des équipes dans tous les secteurs et dans toutes les facultés pour répondre adéquatement aux grands enjeux de la société », dit-il dans un communiqué de presse.

« La formidable adhésion des membres de notre communauté de recherche porte ses fruits et facilitera le recrutement aux cycles supérieurs. »

Les revenus de recherche de l’UdeS, entre 2017 et 2018, sont passés de 132 M$ à 160 M$, une augmentation de 21 % en un an.

Selon le professeur Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures, cette croissance est due à une panoplie de facteurs, dont l’impétuosité du corps professoral, qui travaille sans relâche à repousser les frontières du savoir.

« Ce résultat est attribuable au succès de tous les secteurs de l’institution. Ce n’est pas un secteur en particulier qui nous a portés en avant. Dans les concours nationaux, on performe de manière égale ou supérieure aux moyennes, systématiquement, depuis deux ans », soutient le professeur Perreault.

Les revenus de recherche provenant des partenariats avec les entreprises privées affichent également une hausse considérable de 27,5 % pour la période 2017-2018. Ce résultat favorable classe l’UdeS non seulement 3e à l’échelle nationale, mais 1re au Québec. Le Canada compte près de 100 universités. Arriver 15e dans un classement national de recherche est une réussite spectaculaire, en particulier pour une université située dans une ville dont la taille est relativement petite.

À titre comparatif, les revenus de recherche de l’UdeS avaient subi une forte baisse de 64 M$ en 2013, montre le même classement en 2014. Il s’agissait d’une diminution de 35 % par rapport à l’année 2012, qui avait été une très bonne année pour l’UdeS. Parallèlement, l’institution est passée du 11e au 19e rang dans les 50 universités de recherche au Canada.