La Tribune
Québec renonce à toute forme d’interdiction de posséder un chien potentiellement dangereux et se refuse à cibler toute race réputée pour engendrer des molosses aux mâchoires meurtrières.
Québec renonce à toute forme d’interdiction de posséder un chien potentiellement dangereux et se refuse à cibler toute race réputée pour engendrer des molosses aux mâchoires meurtrières.

Chiens dangereux: Québec s’en remet aux municipalités

Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC — Un chien pourra mordre ou blesser un enfant sans que cela entraîne nécessairement de conséquences, en vertu du règlement présenté mercredi par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, qui a choisi de laisser beaucoup de pouvoirs et de latitude aux municipalités.