La Ville de Sherbrooke indique toutefois que les élus se rencontreront cette semaine lors d'un plénier spécial à huis clos pour parler du dossier. Impossible pour le moment de savoir si la discussion tournera autour de la possibilité d'acquérir le terrain situé sur le Chemin Rhéaume.
La Ville de Sherbrooke indique toutefois que les élus se rencontreront cette semaine lors d'un plénier spécial à huis clos pour parler du dossier. Impossible pour le moment de savoir si la discussion tournera autour de la possibilité d'acquérir le terrain situé sur le Chemin Rhéaume.

Chemin Rhéaume : l'ACEVS demande l'acquisition du site par la Ville

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
« Qu’attend la Ville de Sherbrooke pour acheter le site du projet domiciliaire du Chemin Rhéaume? », demande l’Association citoyenne des espaces verts de Sherbrooke (ACEVS).

Le comité citoyen qui rassemble plusieurs boisés de Sherbrooke et près de 1000 membres répartis sur le territoire de la ville souhaiterait que celle-ci « prenne les moyens nécessaires pour acquérir ce site afin d’en préserver la biodiversité et ainsi participer à la lutte contre les changements climatiques ».

Les membres proposent notamment que la Ville de Sherbrooke en modifie le zonage pour en faire un parc nature accessible pour tous les citoyens. « Pourquoi s’acharner sur un projet que personne ne veut? », déplore l’ACEVS.

La conseillère du district du Carrefour Évelyne Beaudin, qui siège également sur le conseil d’administration de l’organisme Nature Cantons-de-l’Est, est reconnue pour suivre ce dossier de très près.

« Ce projet à proximité du Drag St-Élie n’a rien pour lui en plus de nuire à l’environnement. Ce n’est pas un secret, j’ai toujours douté de sa rentabilité, indique-t-elle. L’acquisition du terrain est certainement une option qui ne devrait pas être écartée par la Ville de Sherbrooke. »

Mme Beaudin admet toutefois que d’autres possibilités existent. « Ultimement, ce que je souhaite c’est que ce terrain soit protégé. J’ai une position claire sur la finalité, mais sur le moyen, je pense qu’on doit prendre le temps d’explorer toutes les avenues », explique-t-elle rappelant la conclusion entourant l’histoire du terrain de l’ancien bunker des Hells

« Là où il y a une urgence pour le moment, c’est dans le fait d’envisager de modifier le schéma d'aménagement pour que le projet soit réalisable et déclaré conforme par la CMQ. La Ville doit travailler dans l’intérêt du public et non dans l’intérêt des promoteurs. Il y a une frontière à ne pas franchir. »

Le conseiller municipal du district des Quatre-Saisons et président du comité consultatif d’urbanisme (CCU), Vincent Boutin, n’a pas été en mesure de répondre aux questions de La Tribune dimanche.

La Ville de Sherbrooke indique toutefois que les élus se rencontreront cette semaine lors d'un plénier spécial à huis clos pour parler du dossier. Impossible pour le moment de savoir si la discussion tournera autour de la possibilité d'acquérir le terrain situé sur le Chemin Rhéaume.