Me Claudia P. Prémont est bâtonnière du Québec.

«Chasseur d'ambulances» : le Barreau invite les familles méganticoises à s'informer

Tout en qualifiant de « déplorable » le fait que des avocats du Texas se soient précipités à Lac-Mégantic en juillet 2013 pour recruter des clients chez les familles des victimes de la catastrophe ferroviaire, la bâtonnière du Québec évite de sauter aux conclusions.
Me Claudia P. Prémont invite plutôt les familles qui se seraient senties lésées par ces pratiques à communiquer avec le Barreau du Québec pour s'informer de leurs recours.
« Si des gens pensent avoir reçu des avis juridiques ou avoir fait affaire avec un avocat non autorisé, ils peuvent appeler la ligne Info-Barreau, dit Me Prémont. Si des avocats ou des gens qui se sont prétendus avocats ont posé des actes contraires aux règles du Barreau du Québec, on pourrait parler d'exercice illégal. »
Il reviendrait alors au Syndic ou au Conseil de discipline du Barreau d'enquêter, si la personne est membre du Barreau du Québec, ou au Contentieux du Barreau de le faire, si la personne n'est pas membre du Barreau du Québec, pour prendre les recours nécessaires.
« Mais pour ça, ça prend des plaignants », précise Me Prémont.
Celle qui a remplacé Lu Chan Khuong à la tête de l'ordre professionnel des avocats du Québec depuis 2015 précisera pour sa part n'avoir pas tous les éléments en main pour pouvoir en juger.
Ce qui s'est passé à Lac-Mégantic était une situation exceptionnelle, dit Me Prémont, et c'est un phénomène tout aussi exceptionnel d'avoir vu un « chasseur d'ambulances » s'amener au Québec. « On connaissait ça aux États-Unis comme phénomène, mais pas ici. »
Appelée par La Tribune à commenter les révélations de l'émission Enquête selon lesquelles un chasseur d'ambulances américain aurait touché des honoraires importants dans le dossier des victimes de Lac-Mégantic sans même avoir posé d'actes juridiques, Me Claudia P. Prémont a par ailleurs fait valoir que le code de déontologie des avocats membres du Barreau du Québec prévoit plusieurs précautions dans des cas semblables.
Entre autres que l'avocat doit éviter « toute publicité susceptible d'influencer des personnes qui peuvent être vulnérables du fait de la survenance d'un événement spécifique » et qu'il est « dérogatoire à la dignité de la profession le fait d'inciter une personne de façon pressante ou répétée à recourir à ses services professionnels ».
À ceux qui réclament aujourd'hui l'intervention du Barreau du Québec, voire celui du ministère de la Justice, pour tirer des leçons de l'incident du chasseur d'ambulances, Me Prémont rappellera que le Barreau du Québec et le Barreau de Saint-François avaient également des représentants sur le terrain à Lac-Mégantic dès les jours qui ont suivi la catastrophe pour soutenir et informer les sinistrés.
Une ligne téléphonique et une trousse de renseignements juridiques avaient également été mises à la disposition des citoyens pour aborder différents aspects, dont le décès d'une personne, les pertes et dommages de biens meubles et immeubles, les relations employeur-employé, ainsi que les démarches à entreprendre et les précautions à prendre.
« Possiblement que cette information ne s'est pas rendue dans tous les cas, constate Me Prémont. Alors si on avait quelque chose à changer aujourd'hui, ce serait sans doute la diffusion de cette information. Le Barreau devrait s'assurer que ça se rende véritablement auprès des gens qui sont dans des situations difficiles. »
Notons dans un autre ordre d'idée que Me Prémont a annoncé il y a une douzaine de jours qu'elle briguait un second mandat comme bâtonnière du Québec. Me Lu Chan Khuong, qui avait été forcée de démissionner en 2015 à la suite d'allégations de vol à l'étalage, veut également revenir en poste. Le vote se tiendra du 1er au 12 mai.