Contenu commandité
Chartierville mise sur son dynamisme
Chartierville mise sur son dynamisme
Chantal Beaudoin est très impliquée dans la communauté de Chartierville.
Chantal Beaudoin est très impliquée dans la communauté de Chartierville.

Le défi de renouveler la population

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Comme bien des petites localités, Chartierville fait face au défi du renouvellement de sa population.

Née dans une famille dont les ancêtres ont contribué à l’essor de Chartierville à la fin du 19e siècle, Chantal Beaudoin constate ce vieillissement tout en demeurant très impliquée dans les activités de la municipalité.

« Je suis née ici et j’y ai élevé ma famille. C’est un beau coin de pays tranquille, mais malheureusement il y a de moins en moins de jeunes familles. Je n’ai jamais regretté mon choix de rester ici dans ce milieu beaucoup plus sécuritaire et moins inquiétant que la grande ville », constate Mme Beaudoin.

La Municipalité de Chartierville multiple les initiatives pour attirer et garder les jeunes familles sur son territoire.

Un mini-golf authentique a été inauguré cet été au terrain municipal tout près du jeu modulaire pour enfants et du terrain de balle. Une surface de dek hockey avait été aménagée il y a deux ans.

« La moyenne d’âge de la population dépasse les 50 ans. La plupart des gens travaillent à l’extérieur de Chartierville. Le conseil municipal est très sensible à ce défi d’attirer de nouvelles familles. Plusieurs idées se concrétisent en ce sens. Le mini-golf est la dernière mise en place et ça fonctionne très bien », signale la directrice générale de Chartierville, Paméla Blais.

Alors qu’il était maire de la municipalité, Jean Bellehumeur avait lancé avec le comité de développement économique de l’époque une réflexion sur l’avenir de Chartierville.

« L’étude en venait à la conclusion qu’il était difficile d’attirer de nouvelles industries au bout de la route 257 », mentionne Jean Bellehumeur.

Après analyse, le secteur récréotouristique a alors été ciblé par le conseil municipal pour attirer les visiteurs, mais aussi pour que les gens s’y établissent.

Des contacts ont été établis avec le groupe Ski Eldorado Estrie afin de développer le potentiel de ski hors-piste et du vélo de montagne dans les sommets frontaliers qui ceinturent Chartierville.

Jean Bellehumeur soutient que l’arrivée de Ski Eldorado ou du Domaine Lauz Altitude sont étroitement liés au dynamisme de Chartierville constaté notamment dans le cadre du Festival Musique aux Sommets.

L’ancien maire et président du Festival Musique aux Sommets Jean Bellehumeur.

La paix et la beauté

Le projet Lauz Altitude vise à construire des chalets pour profiter des sentiers de randonnée ou de motoneige sur un domaine privé de plus de 800 acres en montagne.

« Le monde attire le monde », espère Jean Bellehumeur.

Chantal Beaudoin constate les efforts pour revitaliser Chartierville.

« Pour ceux qui veulent faire du ski hors-piste ou du vélo de montagne, c’est la place. Ici, tu as la paix et c’est très beau. Mais je ne pense pas que nous pourrons revenir avec beaucoup de familles comme il y a 20 ou 30 ans. Cependant, il y a plusieurs choses que nous pouvons faire pour garder nos activités avec notre équipe de bénévoles », indique Mme Beaudoin.

« Le club de l’âge d’or est très dynamique et organise beaucoup d’activités », constate la citoyenne Thérèse Chouinard qui s’occupe du centre d’interprétation de la mine d’or.

Originaires de Montréal, Louise Philibert-Poirier et André Philibert sont arrivés à Chartierville lors du retour à la terre des années 70. 

« On ne se voyait pas passer notre vie en ville. Avec la COVID, on semble revivre un peu ce retour à la terre », remarque Louise Philibert-Poirier.

Et les dernières données de la municipalité de Chartierville semblent confirmer cette hypothèse. Depuis le confinement de mars dernier, ce sont 12 propriétés qui ont trouvé preneurs dans la municipalité.

« Ce sont des gens qui proviennent de l’extérieur et nous sommes très heureux de les accueillir à Chartierville. Comme toutes les municipalités plus éloignées, il demeure le défi de l’accès à Internet haute vitesse et de la couverture cellulaire. Les démarches en ce sens se poursuivent », assure Paméla Blais.