« La contribution à la dîme est devenue de moins en moins importante et la fabrique n’était pas en mesure de répondre aux exigences de l’entretien du bâtiment », dit le maire de Lawrenceville, Derek Grilli.

Changement de vocation pour l'église de Lawrenceville

Comme en plusieurs endroits au Québec, l’église catholique de Lawrenceville, en Estrie, sera bientôt cédée à la municipalité et changera de vocation.

La fréquentation du lieu de culte était devenue trop basse pour justifier de le maintenir en activité, explique en entrevue le maire du village de 640 habitants, Derek Grilli.

« Il n’y avait qu’environ une dizaine de personnes aux messes, dit-il. La contribution à la dîme est devenue de moins en moins importante et la fabrique n’était pas en mesure de répondre aux exigences de l’entretien du bâtiment. »

Par conséquent, la dernière messe à l’église Saint-Laurent a eu lieu le 2 juin et les fidèles ont été invités à fréquenter les autres églises du coin, que ce soit à Valcourt ou Sainte-Anne-de-la-Rochelle.

Négociation

Entre-temps, les pourparlers sont en cours pour que le lieu de culte soit cédé à la municipalité pour 1 $. « On est dans les dernières étapes de négociation avec la fabrique Sainte-Famille », dit M. Grilli.

Que va devenir l’église Saint-Laurent ? Le maire évoque un centre communautaire, un lieu de rassemblement, une salle de spectacle. 

« Il y a tellement d’idées sur la table ! Je n’ose pas trop m’avancer, dit-il. On va voir ce qui va se passer. Un comité de citoyens, d’organismes et de conseillers va se former pour étudier toutes les possibilités. On ne veut rien imposer, mais on veut que ça soit au service de la communauté. »

Inspection

Derek Grilli reconnaît que « des gens sont déçus de perdre leur église », mais « on n’est pas les seuls ». Il prend exemple sur Saint-Camille, aussi en Estrie, qui a pris une décision identique.

La municipalité fera inspecter le bâtiment datant de 1922 afin de faire les rénovations qui s’imposent et de l’assurer. La salle communautaire située au sous-sol demeure disponible.

« À notre connaissance, on ne pense pas qu’il y a besoin de trop de rénovation, mais on sait qu’il y a du travail à faire, dit le maire. En l’achetant pour 1 $, on sait ce qui vient avec ça. »

La cheminée devra notamment être réparée et l’intérieur, embelli, mais « l’investissement en vaut la peine ».

Il n’a pas été possible de joindre le curé de la paroisse Sainte-Famille, Laurent Paré. Selon La Pensée de Bagot, l’église de Bonsecours connaît elle aussi une faible fréquentation et une décision devra être prise à son sujet.