Jasmin Bibeau, président d’IBIOM, et Stéphane Mongeau, vice-président, exhibent le prototype de chambre d’isolement portative conçue et fabriquée pour aider au transport des patients aux prises avec le coronavirus.
Jasmin Bibeau, président d’IBIOM, et Stéphane Mongeau, vice-président, exhibent le prototype de chambre d’isolement portative conçue et fabriquée pour aider au transport des patients aux prises avec le coronavirus.

Chambre d’isolement portative: IBIOM répond en un temps record

Dix jours. C’est ce qu’il a fallu à l’entreprise sherbrookoise IBIOM pour concevoir et fabriquer une chambre d’isolement portative destinée aux malades de la COVID-19 et qui pourrait avoir un impact majeur dans la lutte au coronavirus.

IBIOM, qui se spécialise dans la conception de civières et de fauteuils pour le réseau de la santé, a répondu en un temps record à la demande d’un hôpital de Montréal qui cherchait à obtenir une chambre d’isolement portative afin de pouvoir transporter ses patients aux soins intensifs sans tout contaminer sur leur passage.

Le président d’IBIOM, Jasmin Bibeau, dit avoir pris connaissance le 28 mars dernier d’une demande d’un établissement montréalais qui cherchait à se procurer un dôme à installer au-dessus d’une civière en guise de protection face aux risques de contamination.

Dix jours de travail intense et trois prototypes plus tard, la chambre d’isolement portative a finalement été livrée mardi après-midi à l’hôpital en question.

M. Bibeau, qui n’a pas voulu identifier l’hôpital pour des raisons de confidentialité, a indiqué que ce projet avait mobilisé toute son équipe afin que l’établissement puisse s’en servir le plus rapidement possible.

«Ç’a été un travail intense, pratiquement jour et nuit pour en arriver au prototype final, a indiqué M. Bibeau à La Tribune alors qu’il était en route vers Montréal afin de livrer son produit fini. J’ai fait quelques aller-retour Montréal-Sherbrooke pour m’assurer que nous avions le matériel et que tout était correct. Avant de partir pour Montréal tout à l’heure, je suis allé aux CHUS-Fleurimont pour l’essayer sur différents modèles de civières. On voulait être sûr que ça puisse s’installer sur tous les types de civières…»

La chambre d’isolement portative a été conçue et fabriquée afin de minimiser les risques de contamination lors du transport des patients.

«Lorsqu’un patient est transporté dans un hôpital, comme par exemple aux soins intensifs, il doit passer par des zones vertes, jaunes ou rouges. Il y a donc des risques de contamination, tant pour lui que pour le personnel qui l’entoure. En l’isolant sur sa civière, on réduit les risques de contact avec le virus.»

Outre IBIOM, l’entreprise sherbrookoise Vimax a aussi été mise à contribution en fabriquant la structure d’acier inoxydable de la chambre d’isolement portative.

Pour l’instant, M. Bibeau indique qu’il s’agit d’un prototype, mais que son entreprise espère éventuellement obtenir des commandes fermes.

«Nous n’avons rien signé pour le moment. L’hôpital nous a demandé d’attendre avant d’annoncer quoi que ce soit. Chose certaine, nous on s’est lancé là-dedans de façon intense parce qu’on croit en notre produit, on est convaincu que ça peut aider dans la lutte au coronavirus.»

Déjà, IBIOM est en train de développer un autre type de chambre d’isolement portative, conçue cette fois pour protéger les ambulanciers lorsque ceux-ci doivent transporter des patients contaminés. Une première version pourrait être disponible au cours des prochains jours.