C'est le temps de faire le plein. L’essence pourrait être plus chère la semaine prochaine.

C’est le temps de faire le plein

C’est le temps de passer aux pompes avant le début du temps des Fêtes. Le prix de l’essence pourrait monter en début de semaine prochaine, selon Annie Gauthier de CAA Québec.

Comme Mme Gauthier dit souvent, elle n’a pas de boule de cristal. Par contre, les consommateurs pourraient s’attendre à payer leur carburant plus cher dès le début de la semaine prochaine.

« On ne sait pas si ce sera une grosse hausse ou une petite hausse, analyse Mme Gauthier. Il y a plusieurs endroits où le prix de l’essence était nettement à l’avantage du consommateur depuis une semaine. Généralement, on n’a pas l’habitude d’avoir des cadeaux trop longtemps. »

Depuis lundi, le prix de l’essence est généralement resté stable dans les stations-service du Québec. De légères baisses ont été constatées à l’Ascension, dans le secteur d’Orléans et dans la région de Chaudière-Appalaches, entre autres.

Par contre, des hausses ont également été vues dans le coin de Drummondville, où le prix de l’essence a été aperçu à 1,199 le litre. Les prix sont également en hausse près d’Ottawa où un bond entre deux et onze sous a été rapporté.

Par ailleurs, une tangente observée dans toutes les régions couvertes par le Groupe Capitales Médias (GCM): le prix réaliste de la CAA a fait un bond de deux à trois cents par région.

« Actuellement, il y a des stations-service qui vendent leur essence à perte ou à une marge au détail très faible, affirme Mme Gauthier. Donc il pourrait y avoir des hausses. Habituellement, le nouveau prix minimum estimé sort dans la nuit du lundi au mardi. Les hausses ne seront pas nécessairement partout. »

Toujours selon Annie Gauthier, les potentielles hausses du prix de l’essence n’ont pas de lien avec les vacances de Noël. « Les hausses ne sont pas nécessairement effectuées en vue de l’arrivée des vacances des Fêtes. On ne peut pas s’attendre à ce qu’une station-service vende de l’essence à perte durant de longs jours. Ce sera davantage un mouvement de marché qui est régulier », explique-t-elle.

Sans le savoir, les consommateurs peuvent avoir leur mot à dire par rapport au prix de l’essence. « Le plus gros contrôle qu’on peut avoir, c’est d’acheter l’essence au bon moment, indique Mme Gauthier. Quand on va à la station-service, on n’est pas obligés de faire le plein. Il y a des outils comme info-essence qui peuvent donner un aperçu », ajoute-t-elle.