De leur balcon, les retraités de la résidence Chartwell profitent de la liturgie de la parole animée par l’abbé Gadoury.
De leur balcon, les retraités de la résidence Chartwell profitent de la liturgie de la parole animée par l’abbé Gadoury.

Cérémonie religieuse en mode distanciation sociale

Mireille Vachon
Mireille Vachon
La Tribune
En ce mercredi après-midi, sous le soleil éclatant, les retraités de la résidence Chartwell Seigneuries du Carrefour ont eu la chance de participer à une liturgie de la parole afin de vivre un moment de recueillement et d’espoir.

Anny Gendron, responsable des programmes d'animation et de loisirs, est l’initiatrice de l’activité.

« Dans mon rôle, je dois m’occuper des différentes facettes de chaque personne et je veux leur offrir une variété d’activités. Je trouvais que le côté spirituel était un peu mis de côté puisque nous ne pouvions pas avoir de célébrations religieuses chaque semaine, comme à l’habitude, en raison du confinement », avance la responsable.

« Pourquoi ne pas faire venir un prêtre qui pourrait communiquer un message d’espoir et donner un peu de courage aux résidents pour continuer de passer à travers ça? », s’est dit Mme Gendron.

Elle est donc entrée en contact avec Francis Gadoury, jeune prêtre de la Famille Marie-Jeunesse depuis 12 ans. Il a animé l’événement en compagnie de Justin Ruiss et Andrée-Ann Brasseur, couple de musiciens qui animent d’ailleurs la messe du mardi sur la chaîne MAtv.

Au chant et à la guitare, ils ont contribué à l’ambiance amicale et chaleureuse, en invitant notamment les résidents à chanter et taper des mains avec eux.

La cérémonie s’est déroulée devant toutes les façades de la bâtisse, donc à cinq reprises, pour que chaque résident puisse y prendre part. 

 Une cérémonie pas comme les autres

Après avoir énoncé un court mot de bienvenue et quelques passages religieux, l’abbé Gadoury a béni l’eau et le balcon des aînés.

Les retraités de l’établissement situé sur la rue des Érables ont été invités à tracer une croix sur eux-mêmes avec leur eau bénite, puis à déposer quelques gouttes sur chaque coin de leur balcon pour compléter la bénédiction.

La « bénédiction des balcons » est un hommage à la traditionnelle « bénédiction des motos » qui a normalement lieu à cette période de l’année, mais qui a dû être annulée en raison de la pandémie.

 « Le balcon va devenir un espace sécuritaire pour nos résidents cet été, et il sera probablement très utilisé. C’est pourquoi j’ai pensé faire venir un curé pour bénir cet espace de prédilection », explique Anny Gendron.

« Ça fait du bien au moral. Je trouve que c’est très gentil de leur part d’avoir organisé ça pour nous », soutient une des résidentes, Raymonde Gadoua, qui avait l’habitude d’assister à plusieurs cérémonies religieuses.

Les résidents ont participé activement à l’activité, récitant quelques prières avec le curé et chantant certains passages des chansons, le sourire aux lèvres.

Lucie Brosseau, directrice générale, voyant les participants si ravis, se dit également très satisfaite de la cérémonie.

Divertir malgré les contraintes 

« Notre seule méthode pour divertir les résidents est de passer par l’extérieur : eux sur leur balcon, nous dans la cour », explique Mme Gendron.

Dans les dernières semaines, l’établissement a accueilli à deux reprises des musiciens mandatés pour faire chanter et danser les aînés.

Également, la visite de Cardio Plein Air et de Book humanitaire Sherbrooke a permis aux résidents de participer à une séance d’entraînement privée à partir de leur balcon. 

« On réussit quand même à trouver des idées originales malgré les contraintes », termine Anny Gendron.