Prenant en exemple le chantier de la rue Meadow et de la rue Wellington Nord, Alexandre Hurtubise souligne le bon travail de la Ville en matière de communication et d’adaptation.

Centre-ville: au moins 200 cases de stationnement temporaires

Au lendemain de la signature de l’entente pour lancer les travaux de revitalisation du centre-ville, la Ville de Sherbrooke confirme qu’au moins 200 cases de stationnement temporaires seront aménagées pour compenser la démolition du stationnement du Dépôt. Voilà de quoi rassurer en partie les commerçants, qui souhaitent une planification serrée des travaux et la confection d’un échéancier précis.

Au Service des communications de la Ville, on confirme d’ores et déjà que des conventions sont signées pour l’aménagement de 150 cases sur le terrain vacant au coin des rues Wellington Sud et Aberdeen. Au moins une cinquantaine de cases supplémentaires s’ajouteront sur les terrains adjacents au Maxi, sur la rue des Grandes-Fourches.

À LIRE AUSSI: Le Quartier Well Sud rallie tous les élus, sauf Beaudin

La démolition sur Well Sud commencera en novembre [VIDÉO]

La possibilité de permettre le stationnement de surface sur le terrain du parc éphémère de la rue Wellington, pendant l’hiver, a été évoquée, mais rien n’était confirmé mardi. Quant à la tarification, il était trop tôt pour déterminer si le stationnement sera offert gratuitement pendant les travaux du Quartier Well Sud. Des rencontres sont prévues avec le promoteur cette semaine pour ficeler tous les détails. Une séance d’information suivra pour répondre aux questions des commerçants.

Alexandre Hurtubise, président de l’Association de gens d’affaires du centre-ville, estime que la gratuité envoie un message positif. « Mais c’est un couteau à deux tranchants. »

L’expérience des travaux sur la rue Wellington Nord a permis, selon lui, de constater que certains automobilistes profitaient de l’occasion pour immobiliser leur véhicule pendant plusieurs jours au même endroit. « Il faudra trouver des façons de moduler la gratuité et d’encourager la consommation au centre-ville. »

Gratuité durant les Fêtes

Il convient néanmoins que l’expérience a permis de maintenir un certain achalandage pendant les travaux. Il réclame donc la gratuité pendant la période des Fêtes dans un premier temps.

« C’est un moment historique pour le centre-ville. C’est aussi un soulagement. Les élus ont envoyé un message fort lundi », dit-il.

Prenant en exemple le chantier de la rue Meadow et de la rue Wellington Nord, Alexandre Hurtubise souligne le bon travail de la Ville en matière de communication et d’adaptation. Il estime toutefois qu’il y a des devoirs à faire dans la planification des travaux. « On a trop souvent changé les plans alors que selon nous, ç’aurait pu être évité si la planification avait été plus solide. On avait sous-estimé le temps et l’ampleur, et par la bande, l’impact sur les commerçants. » S’il reconnaît qu’il faut naviguer avec les imprévus, il estime que la fermeture d’une partie de la rue King Ouest pour donner une aire de dégagement aux camions était prévisible. Il croit que la Ville a fait une erreur en ne prévoyant pas de budget pour des mesures d’atténuation pour les commerçants en 2019 et espère qu’il s’agira d’une priorité en 2020.

La vice-présidente de l’Association des gens d’affaires du centre-ville, Annie Faucher, avait pour sa part réclamé que la démolition du stationnement du Dépôt soit reportée après les Fêtes. Il tombera vraisemblablement à la fin novembre. « Je comprends qu’il y aurait des coûts supplémentaires à attendre et je fais confiance aux fonctionnaires. Pourvu qu’ils soient imaginatifs en matière de stationnement. »

L’idée du stationnement au coin de la rue Aberdeen lui plaît. « Ce sera plus convivial qu’à côté du Maxi. Le but dans tout ça, c’est de rendre le centre-ville convivial pour nos clients et il faut que la signalisation soit bien faite. »

Charmée par la nouvelle mouture du Quartier Well Sud, Annie Faucher s’attend à des rencontres rapidement avec la Ville pour connaître les échéanciers de travaux et la planification de la Ville. « J’ose espérer que Grandes-Fourches et Wellington Nord ont servi de canevas pour corriger certaines erreurs. »