Les travaux préparatoires comprenaient le déménagement de 475 espaces de stationnement, le réaménagement permanent des axes routiers, notamment un nouveau carrefour giratoire sur la rue James-Quintin, ainsi que l’aménagement d’un nouveau trottoir et d’une clôture pour assurer la sécurité des piétons.

Centre mère-enfant: place à la nouvelle configuration au CHUS

SHERBROOKE — Une étape supplémentaire vers la création du Centre mère-enfant au CHUS Fleurimont vient d’être franchie, alors que les travaux préparatoires entrent dans leur phase finale et seront terminés le 31 octobre. Autrement dit : le terrain est prêt pour recevoir le nouveau bâtiment.

Les travaux préparatoires comprenaient le déménagement de 475 espaces de stationnement, le réaménagement permanent des axes routiers, notamment un nouveau carrefour giratoire sur la rue James-Quintin, ainsi que l’aménagement d’un nouveau trottoir et d’une clôture pour assurer la sécurité des piétons.

Quel était donc l’objectif d’effectuer une phase préparatoire de travaux avant la construction du Centre mère-enfant? « Les travaux préparatoires visaient à préparer le site où l’entrepreneur choisi va construire le bâtiment. En faisant ces travaux en même temps que l’appel d’offres pour la construction du bâtiment, ça nous permettait de devancer d’un an la mise en service du Centre mère-enfant », explique Gilles Larocque, cadre responsable du volet technique pour la construction du Centre mère-enfant au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« La configuration des rues et des stationnements est finale. Ça ne changera plus », ajoute-t-il.

Pensé pour la sécurité des piétons

Le réaménagement des stationnements et des accès aux différentes entrées de l’hôpital a été longuement réfléchi. Le réaménagement du site et de ses stationnements a nécessité une année complète de planification. « Tout a été pensé pour améliorer la sécurité des piétons autour de l’Hôpital Fleurimont », soutient M. Larocque.

L’Hôpital Fleurimont reçoit entre 1500 à 2000 visiteurs par jour, ce qui en fait l’établissement le plus achalandé de l’ensemble des 100 points de service du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« Avant, nous avions une problématique près de l’entrée de l’urgence et de l’entrée principale de l’hôpital, où il y avait un grand nombre de véhicules et de piétons qui se croisaient », ajoute Gilles Larocque.

Dans son nouvel aménagement, l’entrée des stationnements se fera par l’arrière, ce qui réduira grandement le nombre de véhicules qui circuleront près des entrées de l’hôpital.

« Nous avons aussi installé une clôture pour empêcher les piétons de circuler dans la rue », précise M. Larocque.

Le nombre de places de stationnements pour les usagers et les employés est exactement le même qu’avant les travaux. Cependant, dans un projet parallèle, le CIUSSS est également en train de construire un stationnement de 150 places supplémentaires pour les employés.

Phase 2 à déterminer

Pour connaître la suite des choses, il faudra encore attendre un peu. En effet, trois firmes se sont qualifiées pour l’obtention du contrat de la construction du Centre mère-enfant, soit Pomerleau, EBC et Groupe Santé Fleurimont. Leurs propositions sont maintenant à l’étude.

« Notre gestionnaire de projet, soit la Société québécoise des infrastructures, prévoit une signature de contrat cet automne », précise Gilles Larocque.

Quand peut-on espérer voir les camions débouler sur le chantier et amorcer la construction du bâtiment? « À ce moment-ci, je ne peux pas le dire. Chacune des firmes a son propre échéancier, et je ne sais pas encore quelle firme sera retenue », nuance M. Larocque.

Peu importe le début des travaux, les échéanciers finaux demeurent les mêmes. Les travaux devraient être terminés d’ici décembre 2020. Ensuite, les locaux devront être aménagés. L’ouverture au public devrait avoir lieu au printemps 2021.


« Chaque service verra sa superficie tripler ou quadrupler. »
Gilles Larocque

La majorité des services qui seront transférés dans ce nouveau bâtiment seront intensifs ou critiques. « Chaque service verra sa superficie tripler ou quadrupler. Ce sera une grosse adaptation clinique. En ce moment en pédiatrie, la majorité des chambres sont des chambres à quatre. Dans le nouveau bâtiment, ce seront des chambres individuelles et quelques chambres à deux. Il faut revoir les façons de travailler », ajoute M. Larocque.

Idem pour les soins intensifs en néonatologie : les enfants se trouvent présentement tous dans une grande salle. Dans le prochain bâtiment, ils seront dans des chambres individuelles.

« Avec le Centre mère-enfant, on s’en va vers les soins du 21e siècle », promet Gilles Larocque.

Le coût de la phase 1 des travaux était de 6,5 millions $ et les travaux auront été effectués dans les délais établis, soit entre le mois de mai et le 31 octobre.

Rappelons que le coût total du projet est de 198 millions $, incluant les 6,5 millions $ de la phase préparatoire.