Carnet santé Québec est un site web qui donne accès aux informations de santé des patients québécois, dont les rapports des examens d’imagerie médicale incluant la radiologie, la résonance magnétique, les échographies et la mammographie.

Carnet santé Québec: des avantages et des inquiétudes

Il y aura bientôt un an que Carnet santé Québec est en implantation au Québec. Le dossier de santé informatisé apporte son lot d’avantages grâce à sa transparence et en donnant un meilleur accès au dossier médical des patients. Il présente toutefois plusieurs écueils, estime-t-on du côté de l’Association des gestionnaires de l’information de la santé du Québec.

Apprendre que l’on souffre d’un cancer ou d’une autre maladie grave devant son ordinateur plutôt qu’en présence d’un médecin? C’est maintenant possible au Québec. 

Une patiente québécoise aurait d’ailleurs récemment appris qu’elle souffrait d’une maladie grave alors qu’elle se trouvait seule derrière son ordinateur plutôt qu’en présence d’un professionnel de la santé capable de lui expliquer la maladie, d’énoncer un pronostic et de proposer des traitements. Et ce ne serait pas l’unique fois que des patients ont découvert des informations perturbantes concernant leur santé sur leur téléphone ou derrière l’écran de leur ordinateur. 

« Le cas de cette patiente n’est malheureusement pas un cas isolé », déplore Alexandre Allard, président de l’Association des gestionnaires de l’information de la santé du Québec (AGISQ).

Rappelons que Carnet santé Québec est un site web qui donne accès aux informations de santé des patients québécois : les résultats des prises de sang, des tests d’urine et d’autres prélèvements, ainsi qu’aux rapports des examens d’imagerie médicale incluant la radiologie, la résonance magnétique, les échographies, la mammographie et autres, ainsi que la liste des médicaments reçus en pharmacie au cours des cinq dernières années.

Pour éviter qu’un patient découvre des informations sensibles sur sa santé avant d’avoir revu son médecin, il y a un délai de 30 jours entre la prise de sang et l’apparition des résultats dans Carnet santé Québec.

Ce délai n’est pas suffisant, soutient Alexandre Allard.

Les patients vont parfois s’inquiéter de résultats indiqués « anormaux » ou « élevés », mais qui, dans leur situation, sont tout à fait normaux quand ils sont évalués par un professionnel de la santé.

Résultat? Bien des patients s’inquiètent, s’alarment, téléphonent ou se pointent chez leur médecin, complètement affolés.

« Dr Google peut nous faire croire des choses terribles. Or selon l’article 25 de la Loi sur la santé et les services sociaux, les patients ont le droit d’avoir un soutien adéquat pour affronter les mauvaises nouvelles », rappelle Alexandre Allard, qui, comme l’ensemble des archivistes médicaux du Québec, s’inquiète des répercussions chez les patients.

Il y a un autre volet qui inquiète souvent les patients : lorsque les résultats ne sont pas toujours là après 30 jours. C’est notamment souvent le cas en radiologie. « En radiologie, il peut y avoir un délai entre la prise des images et l’interprétation par un radiologique. Le médecin va dicter son rapport, qui sera ensuite retranscrit. Entre chaque étape, il peut y avoir des délais. Et c’est à la toute fin du processus que le délai de 30 jours va commencer à compter », soutient M. Allard.

Bref, Carnet santé Québec cause beaucoup d’inquiétude chez les patients. Près de 275 000 Québécois ont fait leur demande d’accès depuis son implantation.

« Pour corriger la situation, l’AGISQ demande à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) de mettre rapidement en place le comité de pilotage. Sans un comité de pilotage rigoureux, d’autres types de problématiques pourraient aussi survenir. Il est primordial que les autorités s’assurent que le fonctionnement global du Carnet santé soit irréprochable à l’avenir. Le nouveau gouvernement ne peut pas se permettre de prendre ce dossier à la légère », soutient Alexandre Allard.

Soulignons que l’AGISQ regroupe et représente les archivistes médicaux du réseau québécois de la santé et des services sociaux. Les archivistes médicaux sont des techniciens spécialisés en information clinique qui veillent également à la confidentialité et à la sécurité de l’information contenue dans les dossiers médicaux. Le Québec compte quelque 1700 archivistes médicaux répartis dans l’ensemble du réseau québécois de la santé et des services sociaux.