Évelyne Beaudin
Évelyne Beaudin

Cannabis: un go pour CannaSher et Neptune

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Les procédures sont lancées pour permettre à CannaSher de s’installer dans le Parc scientifique de Sherbrooke et à Neptune Technologies et Bioressources d’ajouter l’extraction d’huile de cannabis à ses activités de la rue Pépin.

Dans un premier temps, les élus ont entériné la vente du terrain situé au 2100, rue Maximilien-Chagnon, à CannaSher inc. pour la culture et la transformation de cannabis à des fins médicales.

« C’est un investissement d’environ 40 M$ qui créera 50 emplois. Il est conditionnel à un changement de zonage. C’est une très bonne nouvelle pour le parc scientifique », a commenté le conseiller Vincent Boutin.

Le terrain a une superficie de 31 500 mètres carrés et il accueillera une usine de 12 000 mètres carrés répartis sur trois étages. Il est suffisamment grand pour permettre une expansion. Cette usine, en conformité avec la règlementation de Santé Canada, sera construite dans la zone identifiée par la Ville de Sherbrooke comme étant consacrée à la culture du cannabis.

Le prix de vente s’élève à 5,69 $ le mètre carré. Toutes les activités sont prévues à l’intérieur du bâtiment, qui sera hautement sécurisé, et aucune incidence environnementale n’est anticipée, selon les documents de la Ville.

La construction pourrait commencer dès le mois de mai. La culture de cannabis pourrait commencer avant la fin de l’année.

« En construisant dans le Parc scientifique, nous sommes non seulement dans un endroit agréable et discret, mais nous profitons de la proximité avec nos partenaires de l’Université de Sherbrooke », indique Steven Blanchard, président de CannaSher, dans un communiqué.

Pôle scientifique et commercial en cannabis

CannaSher est membre, avec l’Université de Sherbrooke et Neptune Technologies et Bioressources, du consortium Vallée Verte, visant à ce que Sherbrooke devienne un pôle scientifique et commercial en cannabis médical.

Dans le même sens, la demande d’approbation d’un projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble a été lancée pour permettre à Neptune Technologies et Bioressources de transporter ses activités de recherches effectuées sur la rue Comtois dans les installations du 795, rue Pépin. La compagnie souhaite utiliser sa technologie pour extraire de l’huile de cannabis.

Dans les documents de la Ville, on explique qu’il faut ajouter un usage spécifique au zonage, mais que cet usage est compatible avec le milieu industriel environnant.

La conseillère Évelyne Beaudin a mentionné que ces activités ne présentent aucun risque d’explosion.

Santé Canada s’assurera du respect des conditions d’exploitation. Des travaux de rénovation seront nécessaires à l’intérieur du bâtiment et des mesures de sécurité devront être ajoutées à l’extérieur. Il est par exemple question de clôtures, d’éclairage et de restrictions pour les messages des enseignes. La localisation des contenants de recyclage, de déchets et de compostage sera aussi encadrée.

Une consultation publique est prévue sur le projet de Neptune le 23 avril à 18 h 30 au bureau de l’arrondissement 4.

Daniel Picard nommé directeur général

Daniel Picard, l’actuel directeur du Service des ressources humaines de la Ville de Sherbrooke, deviendra directeur général à Sherbrooke à la mi-juin. Il succèdera à Yves Vermette, qui prendra sa retraite.

M. Picard a été retenu parmi 24 candidatures reçues. Quatre candidats avaient été rencontrés en entrevue. Il détient un baccalauréat en relations industrielles en plus de nombreuses certifications professionnelles en coaching, en relation d’aide, en évaluation psychométrique et en programmation neuro-linguistique.

Daniel Picard a œuvré pendant 22 ans dans le privé avant de travailler pour la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu à partir de 2008. Il s’était joint à l’administration sherbrookoise en 2017.
Il entrera d’abord en fonction le 7 mai à titre de directeur général adjoint. Son contrat sera d’une durée de six ans.