Justin Trudeau s’est offert un bain de foule au Musée de la nature et des sciences pour son sprint de fin de campagne au Québec.

« Ça prend des Québécois au gouvernement », plaide Trudeau

« Pour que le Canada soit un leader dans le monde, ça prend des Québécois au gouvernement. »

C’est par Sherbrooke que le chef du Parti libéral du Canada et premier ministre sortant Justin Trudeau a terminé, mercredi, un sprint de fin de campagne au Québec.

Le regroupement « La planète s’invite à l’Université de Sherbrooke » attendait le premier ministre sortant, en scandant des slogans. « Legault, Trudeau votre inaction nous tue » avec une bannière « Passons des changements climatiques à un climat de changement ».

Avant d’atteindre les quelque 200 militants libéraux estriens, Justin Trudeau a rapidement salué les manifestants à la sortie de son autobus de campagne au Musée de la nature et des sciences.

S’il ne s’est pas adressé directement à ses militants, il a rappelé avoir entendu les gens d’un bout à l’autre du pays en matière d’environnement notamment lors de la marche sur le climat de la fin septembre.

« Des jeunes comme on a vu ce soir sont passionnés par la lutte aux changements climatiques. On est d’accord, il faut qu’on en fasse plus. Mettons les choses au clair, aucun gouvernement n’a plus fait pour protéger l’environnement dans l’histoire de notre pays que notre gouvernement. Pour la première fois, nous avons mis un prix sur la pollution d’un bout à l’autre de ce pays », a soutenu Justin Trudeau. 

Les militants en matière de lutte aux changements climatiques ont indiqué que leur objectif n’était pas que Justin Trudeau s’adresse à eux.

« Nous voulons réveiller les gouvernements pour qu’ils fassent des actions concrètes pour l’environnement. Nous ne sommes pas là pour négocier avec eux, nous sommes là pour les réveiller de leur inertie. Le message environnemental n’a pas passé lors de la campagne électorale, alors que ça doit être l’enjeu de société prioritaire », soutient l’une des porte-paroles du groupe Marie Talaïa.

À défaut de rencontrer Justin Trudeau, les militants ont pu discuter avec la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau.

À défaut de rencontrer Justin Trudeau, les militants ont pu discuter avec la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau.

« Le message est clair, les gens veulent qu’on en fasse plus pour l’environnement. Nous sommes d’accord avec eux. On en a fait beaucoup, mais les gens parlent du pipeline. Mais pour un dollar qu’on a mis dans ce projet on a mis quinze dollars en investissements dans des technologies vertes, infrastructures vertes, recherche, innovation ainsi qu’en transport collectif et électrique », signale Mme Bibeau.

Des Québécois au pouvoir

Justin Trudeau a demandé aux Estriens de lui donner un deuxième mandat en élisant les candidats libéraux du Québec.

« Pour arrêter Andrew Scheer, pour arrêter les conservateurs, ça prend des Québécois au gouvernement, pas juste dans l’opposition », a martelé Justin Trudeau.

Il a fait le bilan de son mandat pour sortir familles et enfants de la pauvreté après « avoir tourné le dos à l’austérité et aux coupures de Stephen Harper en 2015. 

« On a mis sur pied le premier vrai plan pour lutter contre les changements climatiques à l’échelle du pays », a souligné Justin Trudeau qui a mentionné que le Canada ne peut avoir un plan pour l’avenir de l’économie sans avoir un plan contre les changements climatiques et la protection de l’environnement. 

Justin Trudeau a lancé une flèche au Bloc québécois en affirmant qu’il n’avait pas le monopole sur la fierté québécoise.

Après avoir commencé la journée à Montréal puis avoir visité Greenfield Park, Chambly, Saint-Hyacinthe puis à l’Établi brasserie urbaine à Drummondville, le chef libéral a été accueilli en soirée à Sherbrooke.

Le député sortant de Shefford Pierre Breton et la candidate dans Mégantic-l’Érable, Isabelle Grégoire accompagnaient la candidate dans Sherbrooke, Élisabeth Brière et la députée sortante de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau dans l’accueil de leur chef et de son épouse Sophie Grégoire-Trudeau.

« C’est sa troisième visite cette année. Ça démontre à quel point il est à l’écoute de notre région. Nous sommes conscients que ça se resserre, mais j’espère vraiment que les Québécois vont réaliser que la vraie force du Québec est d’avoir un caucus de députés libéraux au pouvoir », soutient Marie-Claude Bibeau.

« Un chef qui n’a fait campagne qu’au Québec n’est pas venu appuyer son candidat dans Sherbrooke. Mon message est clair, il faut élire un gouvernement libéral fort », a souligné Élisabeth Brière.