La Tribune
Blessing Dugbeh estime que la peine minimale de cinq ans qui doit lui être imposée à la suite du verdict de culpabilité rendu contre lui pour le viol collectif d’une adolescente de 15 ans à Sherbrooke est « cruelle et inusitée ».
Blessing Dugbeh estime que la peine minimale de cinq ans qui doit lui être imposée à la suite du verdict de culpabilité rendu contre lui pour le viol collectif d’une adolescente de 15 ans à Sherbrooke est « cruelle et inusitée ».

Blessing Dugbeh insiste sur son potentiel de réhabilitation

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Blessing Dugbeh estime que la peine minimale de cinq ans qui doit lui être imposée à la suite du verdict de culpabilité rendu contre lui pour le viol collectif d’une adolescente de 15 ans à Sherbrooke est « cruelle et inusitée ».