Bitfarms a terminé les travaux pour installer des murs coupe-son à son usine de la rue de la Pointe. Elle a aussi retiré le mur de conteneur qui se trouvait temporairement devant l’entrée.
Bitfarms a terminé les travaux pour installer des murs coupe-son à son usine de la rue de la Pointe. Elle a aussi retiré le mur de conteneur qui se trouvait temporairement devant l’entrée.

Bitfarms a réalisé ses tests de son

Il faudra quelques semaines pour connaître l’impact des murs coupe-son installés par Bitfarms à son usine de la rue de la Pointe, près du parc Lucien-Blanchard. Les tests réalisés par un acousticien, prévus dans la semaine du 13 juillet, ont bel et bien eu lieu le mercredi 15 juillet.

Marc Duchesne, directeur des communications pour Bitfarms, rapporte que les tests sonores ont été effectués en soirée, des deux côtés de la rivière Magog. L’impact des activités de l’entreprise pour les résidants du secteur de la rue Raimbault, autant que celui pour les citoyens de la rue Denault, a donc été mesuré. « Nous sommes même allés dans la cour d’un résidant de la rue Denault, du côté nord. Sa propriété est orientée vers l’usine. »

Les résultats n’ont pas encore été compilés. « C’est entre les mains des acousticiens, mais nous devrions avoir les résultats dans les prochaines semaines. »

Un mur de conteneurs, érigé à l’entrée principale, au bout de la rue, agissait comme coupe-son temporaire. Il a été démantelé pour permettre de calculer l’impact réel des nouvelles mesures d’atténuation.

« Les résultats sont attendus par Bitfarms et par la Ville, parce qu’ils donneront une direction aux discussions en cours », rapporte M. Duchesne. La Ville avait effectivement signalé que les travaux qui se sont terminés au début juillet ne suffiraient pas à contenir le bruit sur le terrain de Bitfarms. La Ville souhaite que Bitfarms ajoute une troisième phase à ses travaux, en échange de quoi elle achèterait une parcelle de terrain appartenant à l’entreprise pour 385 000 $.

« Nous sommes confiants d’avoir mis de bonnes solutions en place. Nous avons même reçu un courriel d’un résidant de la rue Raimbault pour nous dire que la situation s’était grandement améliorée. Nous allons dans la bonne direction. »

La Ville de Shrebrooke devait par ailleurs faire sa propre étude acoustique.

Rappelons que Bitfarms a cherché à rendre plus performant l’écran coupe-son qui se trouvait déjà devant la sortie d’air de son usine alors qu’elle a ajouté un nouvel écran devant le mur où se trouve l’entrée d’air. En mai, la Ville mentionnait que Bitfarms s’exposait à des poursuites si elle ne parvenait pas à contenir le bruit sur son terrain.