Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les étudiants de l’Université Bishop’s profiteront désormais d’une semaine de lecture lors de leur session d’automne.
Les étudiants de l’Université Bishop’s profiteront désormais d’une semaine de lecture lors de leur session d’automne.

Bishop’s aura sa « success week » cet automne

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Après avoir voté à 83 % pour une semaine de relâche à l’automne, les étudiants de l’Université Bishop’s ont reçu la confirmation qu’une « success week » verrait le jour cet automne.

Du 25 au 29 octobre 2021, les étudiants de l’Université Bishop’s auront une semaine prévue au calendrier dédiée au rattrapage scolaire ou à d’autres activités durant laquelle aucun cours ne sera donné.

Le Sénat de l’établissement d’enseignement a approuvé la tenue de cette semaine lors d’une rencontre le 26 mars dernier. « C’était assez unanime. Tout le monde s’entendait sur les bienfaits d’un tel ajout », indique Georges-Philippe Gadoury-Sansfaçon, vice-président aux affaires académiques de l’Association étudiante de l’Université Bishop’s.

« Là où l’administration et les étudiants ne s’entendaient pas, c’était plutôt sur le modèle qu’aurait la semaine d’études », ajoute celui qui assistait aux rencontres pour défendre l’intérêt des étudiants.

Si ceux-ci envisageaient une semaine traditionnelle de congé du lundi au vendredi, l’institution préférait quant à elle une semaine allant du mercredi au mardi. Un ou l’autre des formats pourrait, selon le représentant de l’association étudiante, avoir des répercussions sur la présence des étudiants sur le campus et donc sur leur participation aux activités organisées pour l’occasion.

Après avoir fait valoir leur point de vue, les deux partis se sont finalement entendus pour tester les deux modèles commençant par celui souhaité par les étudiants.

« Nous sommes satisfaits de cette entente. Ultimement ce que l’on veut c’est une semaine qui permet aux étudiants de penser à leur bien-être. Peu importe le modèle, l’objectif reste le même », commente Georges-Philippe Gadoury-Sansfaçon.
Les deux partis discuteront à nouveau dans deux ans afin d’analyser quels auront été les bénéfices associés à chacun des modèles.