La région de l’Estrie demeure au palier de préalerte jaune alors que 114 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés au cours de la dernière semaine, dont 66 à Sherbrooke.
La région de l’Estrie demeure au palier de préalerte jaune alors que 114 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés au cours de la dernière semaine, dont 66 à Sherbrooke.

Bilan de la semaine : un CHSLD touché et des soirées contaminées

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
La région de l’Estrie demeure au palier de préalerte jaune alors que 114 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés au cours de la dernière semaine, dont 66 à Sherbrooke. La semaine a aussi été marquée par le décès de trois résidents du CHSLD de Lambton qui ont succombé aux complications de la COVID-19.

Le bilan de l’éclosion dans le petit CHSLD de Lambton continue de s’alourdir jour après jour, alors que 15 employés ont été testés positifs depuis le début de l’éclosion, tout comme 19 des 29 résidents contaminés par la COVID-19.

À lire aussi : Les éclosions en Estrie

Du personnel infecté au Centre de confinement de Sherbrooke

Le CIUSSS déménage son centre de dépistage de Sherbrooke

« Je rappelle que si le nombre de cas augmente, ce n’est pas parce que nous n’avons pas pris de mesures pour limiter la contamination au CHSLD mais à cause du délai d’incubation du coronavirus, qui peut aller jusqu’à 14 jours avant  l’apparition de symptômes », explique le Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique en Estrie. 

Les patients positifs à la COVID-19 au CHSLD de Lambton ont été transférés au Centre de confinement communautaire de Sherbrooke, situé au couvent des Petites sœurs de la Sainte-Famille. Rebondissement jeudi : une éclosion a été signalée au Centre de confinement, alors que « moins de cinq employés » ont été testés positifs à la COVID-19.

« Il est important de rappeler que tous les employés, qu’ils œuvrent en zone chaude, tiède ou froide, ont accès à tous les équipements de protection individuels nécessaires pour assurer une prestation sécuritaire de soins. Une équipe en prévention et contrôle des infections s’est rendue sur place jeudi afin d’analyser la situation et faire des recommandations si nécessaire. Un dépistage massif s’organise d’emblée dans ce genre de situation », a indiqué la porte-parole du CIUSSS de l’Estrie-CHUS Geneviève Lemay.

Par ailleurs, il y aura bientôt une semaine que les lits d’hospitalisation réservés aux patients atteints de la COVID-19 à l’Hôtel-Dieu sont complètement vides.

Pendant ce temps, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS poursuit ses efforts de dépistage en faisant toujours davantage de tests. Durant la semaine qui s’achève, le CIUSSS a effectué 9857 tests de COVID-19, un record absolu puisque les semaines précédentes étaient les plus élevées avec 7537, 6140 et 4552 tests effectués par semaine.

Dans ce contexte, les centres de dépistage désignés de Sherbrooke et Bromont ont été débordés pendant presque toute la semaine.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a d’ailleurs annoncé que ses activités de dépistage à Sherbrooke allaient prochainement déménager au 30 et au 75, rue J.-A.-Bombardier (anciennement l’entrepôt Costco et des locaux de BRP).

Le CIUSSS ouvrira également un point de service pour le dépistage à Asbestos, dès lundi. Un point de service est également ouvert depuis deux semaines à Lac-Mégantic.

Appel au dépistage après des soirées dans des bars 

Quelques bars de la région ont fait couler de l’encre cette semaine, alors que les clients présents à la Microdistillerie de Sherbrooke le 4 septembre ont été invités à se faire dépister. Vendredi, on comptait 14 clients positifs.

Même chose pour le bar Le chat noir, dont les clients présents le 6 septembre sont aussi priés de se rendre dans un centre de dépistage. Au total, « moins de cinq personnes » ayant passé la soirée à cet endroit ont jusqu’ici été confirmées positives au coronavirus.

Vendredi après-midi, la Santé publique a finalement fait un appel au dépistage pour toutes les personnes présentes le 9 septembre au Refuge des brasseurs. Le pub a d’ailleurs fermé ses portes temporairement vendredi après avoir appris qu’un de ses employés avait également subi un test positif. Celui-ci avait travaillé les 14 et 15 septembre. « Suite à une discussion avec la Santé publique, étant donné que l’employé portait le masque, la clientèle ne serait pas à risque », a indiqué l’organisation sur sa page Facebook.

La situation dans le quartier d’Ascot s’est pour sa part stabilisée, alors que seule une poignée de nouveaux cas ont été ajoutés au bilan. Vendredi, on comptait 111 résidents du secteur infectés par la COVID-19.

Des écoles touchées

Trois semaines après la rentrée des classes, la Santé publique a dévoilé dans la dernière semaine des éclosions à l’école Le Goéland (cinq cas), au Collège Régional Champlain (moins de cinq cas) et au Salésien (moins de cinq cas).

Le ministère de l’Éducation dévoile maintenant quotidiennement les écoles ayant au moins un cas positif. Outre les cas mentionnés précédemment, la dernière liste, datant de jeudi à 16 h, mentionne des cas positifs dans les écoles primaires sherbrookoises La Source, Quatre-vents (les deux pavillons), Beaulieu, Brébeuf, du Cœur-Immaculé, LaRocque, Notre-Dame-de-Liesse et Sylvestre, ainsi qu’aux écoles secondaire Mitchell-Montcalm, du Phare et Séminaire de Sherbrooke. Ailleurs en région, les écoles des Deux-Soleil à Magog et des Sommets à Saint-Sébastien sont sous surveillance.

Une éclosion de « moins de cinq cas » s’est aussi ajoutée vendredi à la garderie Cigogne Centre de ressources familiales. C’est la deuxième éclosion dans un CPE de l’Estrie après celle, toujours en cours, au CPE Les amis du globe du secteur d’Ascot.