Cette politique est en vigueur depuis les débuts de l’établissement du 117, rue Wellington Nord, mais demeurait très peu connue.

Bienvenue aux chiens sur la terrasse de la Buvette du Centro

À l’image de sa clientèle, la Buvette du Centro n’a jamais cherché à se plier aux conventions. Après avoir connu une première année d’activités fructueuse avec son concept « zéro déchet » et son menu entièrement végétarien, le bar gastronomique clame aujourd’hui haut et fort que les chiens aussi peuvent faire partie de la fête sur sa terrasse.

Cette politique est en vigueur depuis les débuts de l’établissement du 117, rue Wellington Nord, mais demeurait très peu connue, explique de copropriétaire Charles Picard-Duquette.

« C’est la coiffeuse de notre gérant qui lui a récemment dit qu’elle se faisait toujours demander s’il y a des terrasses où les chiens sont admis, raconte-t-il. On s’est dit qu’on allait faire une publication Facebook pour le rappeler aux gens. Effectivement, on voit qu’il y avait une demande pour ça, parce que ça a vraiment pris beaucoup d’ampleur. »

L’idée est de trouver un moyen d’accommoder la clientèle propriétaire de chiens, tout en évitant de déranger les autres, note-t-il.

« Je ne peux pas parler pour les autres restaurateurs, mais je pense qu’effectivement, il y en a peu qui le permettent à Sherbrooke. Parfois, les gens viennent prendre des marches au centre-ville, et s’empêchent d’arrêter parce qu’ils ont leur chien. Alors là, ça leur permet de prolonger la soirée ou de ne pas le laisser dans la voiture, entre autres. »

Jusqu’ici, tout se passe à merveille, confie le copropriétaire, qui a toujours été dans l’esprit que c’est uniquement lorsqu’il y a dépassement des limites que des règles doivent être imposées.

« Je pense que les gens sont responsables, ils ne vont pas venir avec un chien qu’ils ne sont pas capables de contrôler, avance-t-il. En même temps, eux aussi sont là pour passer du bon temps et ne veulent pas nécessairement être en train de courir après leur chien toute la soirée. »

D’autres Buvettes ?  

En juin dernier, la Buvette du Centro a fêté sa première année d’existence. Un période qui, malgré quelques petites embûches, a été synonyme de réussite pour les deux propriétaires restants, Charles-Picard Duquette et Noémie Lavoie. La réponse des Sherbrookois a été au-delà de leurs attentes; tellement qu’ils envisagent d’ouvrir d’autres succursales dans les prochaines années.

Les emplacements des nouvelles Buvettes resteraient à déterminer, mais le secteur Rock-Forest et les villes avoisinantes seraient des possibilités, affirme le copropriétaire. « Tant que ça reste en proximité, alors ce ne serait probablement pas Québec ou Montréal », ajoute-t-il.

Les améliorations sont quotidiennes à la Buvette. « On dit souvent en restauration que la première année, c’est la plus difficile. Je pense que c’est vrai, on a fait quelques erreurs en cours de chemin mais on s’est toujours bien ajustés et on a bien passé à travers », partage M. Picard-Duquette.

Il évoque par exemple la difficulté d’offrir un service rapide dès les premières semaines d’ouverture avec une équipe inexpérimentée, mais aussi les variations d’offre et de positionnement qu’a vécu l’établissement.

Employant au départ un chef et sa brigade, la Buvette est tout d’abord passée par une phase de gastronomie expérimentale.

« La rentabilité était moyennement là, raconte M. Picard-Duquette. On voulait s’orienter plus bar de toute façon. C’était peut-être une erreur d’y aller trop à fond sur la bouffe. On s’est recentrés un peu plus sur l’alcool, sur les produits québécois de qualité. On a peut-être une dizaine de plats en tout sur le menu. Ce sont des choses bonnes, mais qui sont simples. Le genre de choses que les gens ont envie de manger quand ils sont au bar. »

S’il croit que plusieurs voient encore la Buvette comme un restaurant avant tout, il affirme travailler fort pour changer cette vision. « Jusqu’ici, ça va très bien. On voit une belle différence, surtout plus tard en soirée », dit celui qui ferme son bar entre minuit et 3 h, en fonction de l’achalandage.

Dans cette optique, la terrasse a été réaménagée avec un grand bar central de style « tiki », et les heures d’ouverture du midi ont été éliminées.

Ouverture grandissante

L’objectif de réduction des détritus, atteint dès le début, est toujours une priorité. « En ce qui concerne les déchets ultimes, on ne produit que l’équivalent d’une petite poubelle de salle de bain par semaine », affirme le copropriétaire.

Environ 70 % de ce qui est livré en cuisine arrive dans des contenants réutilisables, estime-t-il. Certains fournisseurs, comme l’Art des vivres, le font déjà par conviction, alors que d’autres sont parfois mis au défi.

Même persistance pour le menu végétarien. « Ça arrive par exemple qu’un monsieur arrive et dise qu’il préfère manger de la viande, mais après avoir goûté notre menu, il affirme que c’est encore meilleur que de la viande! C’est exactement ça qu’on voulait. On sait qu’il n’ira pas s’acheter du tofu demain matin, mais on voit une ouverture de plus en plus grande », dit M. Picard-Duquette.

Le gérant, Olivier Tremblay, ajoute d’ailleurs que lors de l’édition 2019 de Bouffe ton Centro, certains festivaliers se sont présentés à son kiosque avec leur propre fourchette et leurs propres contenants. « Je n’avais pas ça vu l’an dernier », ajoute M. Tremblay.