Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les chaises berçantes installées devant le Centre des arts de la scène Jean-Besré sont là pour les tout-petits, mais pas que.
Les chaises berçantes installées devant le Centre des arts de la scène Jean-Besré sont là pour les tout-petits, mais pas que.

Bercer le temps aux Petits Bonheurs [VIDÉO] 

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’atmosphère était la détente et à la nostalgie dimanche devant le Centre des arts de la scène Jean-Besré. Les chaises berçantes réparties dans la pelouse sont loin d’être ordinaires. Il suffit de s’y assoir pour se laisser doucement bercer par une douce mélodie, chantonnée à nos oreilles par une ou un anonyme au cœur tendre. « C’est la poulette bleue qu’a pondu dans un pneu, mais elle a pondu un p`tit coco pour le p`tit enfant qui va faire dodo… »

« Il y a une quinzaine de chaises berçantes, équipées de petits haut-parleurs qui murmurent aux oreilles des berceuses que nous enregistrons sur place depuis 2016 dans un Westafalia qui nous sert de studio d’enregistrement ambulant », explique IIya Krouglikov, l’un des trois créateurs du projet avec Sarah Dell’Ava et Wolfram Sander. En cinq ans, c’est tout un catalogue de berceuses qui s’est construit autour du projet. « On a une sorte de banque d’archives de berceuses. Je pense qu’on est rendu à 1200 berceuses dans près de 70 langues! » se réjouit-il. Il espère que d’ici l’année prochaine ce catalogue soit rendu public, pour le plaisir de toutes et tous. « Pour l’instant, il y a déjà une cinquantaine d’enregistrements disponibles en ligne » 

« On a sélectionné cette activité, car c’est une invitation à la douceur. Il y a beaucoup de polarisation et quand on a regardé ce qu’Ilya nous a proposé comme activité, on s’est dit que c’était tout simple. Mais on oublie la simplicité de se dire : et si on s’asseyait pour écouter? Les berceuses ont un impact incroyable sur les gens, ça les ramène à leur enfance, à la douceur », partage Lilie Bergeron, directrice générale du Théâtre du Double Signe. 

Cette dernière se dit très satisfaite du résultat et émue de l’impact positif de cet évènement gratuit sur les enfants, mais aussi les adultes. On retient surtout la douceur universelle des berceuses. « Après une dizaine de minutes dans la chaise, quelque chose tombe. Entendre toutes ces voix, dans toutes ces langues qui finalement disent un peu la même chose comme « je t’aime, dors mon bébé, dors », je pense que c’est extrêmement important, surtout maintenant alors que les gens sont plus isolés et ont moins d’occasions de se prendre dans les bras », partage encore M. Krouglikov. 

« C’est comme une espèce de ligne de moment d’intimité avec l’enfance… » appuie Mme Bergeron.  

Cette activité, intitulée Bercer le temps, s’inscrit dans le cadre du festival Petits Bonheurs Sherbrooke qui se déroule jusqu’au 9 mai. « C’est un festival qui se déroule sur deux fins de semaine, avec des activités culturelles qui sont offertes aux six ans et moins », explique Mme Bergeron. La fin de semaine prochaine sera l’occasion pour les tous petits, de corps ou d’âme, d’entendre des contes à l’extérieur ou encore d’assister à un spectacle de danse