La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, a défendu le tracé proposé pour la voie de contournement ferroviaire lors de la deuxième journée des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

BAPE de Lac-Mégantic: la mairesse Morin défend le tracé

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, a défendu le tracé proposé pour la voie de contournement ferroviaire lors de la deuxième journée des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Profitant d’une permission spéciale à la Ville pour présenter un mémoire, habituellement non permis à un initiateur de projet qu’investigue le BAPE, Mme Morin a énuméré les raisons pourquoi la voie de contournement est nécessaire et a rappelé toutes les interventions citoyennes qui ont exigé et justifié ce projet. « C’est une formidable mobilisation qui s’est exprimée, dès le début, pour la santé et la qualité de vie des résidants de toute la MRC », a-t-elle confié.

À LIRE AUSSI: Lac-Mégantic: une enfant émeut le commissaire du BAPE

« La Ville n’est jamais seule pour prendre les décisions, quelles qu’elles soient. C’est un projet tripartite partagé avec les gouvernements fédéral et provincial. Après quatre ans de travail d’experts et de collaborateurs, avec des critères de qualité stricts et rigoureux, il y a eu la pression de la part des gouvernements pour que soit accéléré le processus vers la réalisation de la voie de contournement. Mais cela a pris cinq ans avant d’avoir un engagement ferme de leur part », a-t-elle fait remarquer sur un ton de justification. Elle a enclenché le processus pour la voie de contournement une quinzaine de jours seulement après avoir été élue à la mairie, en novembre 2017.

Elle a énuméré les avantages du tracé actuel, mais à la condition d’une cour de triage dans le parc industriel local. Elle souhaite que le projet serve la reconstruction sociale de sa ville. « Ce sont les gouvernements qui demandaient que les ajustements au tracé soient les plus minimes possible. » Elle a aussi été questionnée sur la destruction inutile de résidences au centre-ville.

70 hectares de forêt détruits

Deux représentants du syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec, André Roy, président, et Martin Larrivée, directeur, sont venus à la défense des producteurs agricoles et forestiers, soutenant que 70,5 hectares de forêt seraient détruits par la construction de la voie de contournement, ce qui devrait être compensé.

Le Méganticois Bernard Boulet est venu ajouter des informations à la présentation de son mémoire effectuée mardi soir, à propos de l’augmentation du trafic des camions sur la route 161 actuelle, soit les rues Salaberry et Agnès dans le quartier Fatima. Il a parlé en faveur du prolongement de la voie de contournement routière au-delà de la route 204 pour aller rejoindre le chemin de Woburn. « Il faut que Transports Canada et le ministère des Transports du Québec se parlent à ce sujet, ce qu’ils font très peu! »

Les présentations des mémoires d’Ariane Tremblay, propriétaire avec son conjoint de la Cabane à sucre Mégantic, de la direction de la Santé publique du CIUSSS de l’Estrie CHUS, de Sylvain Côté, de LogiBel et du Conseil régional de l’environnement de l’Estrie, ont été fort remarquées.

Jean Paradis, pour sa part, a affirmé : « Il manque un chargé de projet pour cette voie de contournement qui va dans tous les sens. Trouvez-en un très rapidement, il y a sûrement un expert qui existe en Amérique du Nord, car il y a trop d’intervenants, trop de firmes d’ingénieurs, trop d’intermédiaires. Ça presse! »