Bambin syrien noyé: le ministre Alexander rencontrera divers représentants

Le ministre fédéral de l'Immigration, Chris Alexander, rencontrera divers représentants, jeudi, pour discuter du cas de la famille syrienne qui est morte noyée, lorsqu'elle fuyait la Syrie déchirée par les conflits.
<p>Chris Alexander</p>
L'image du bambin de 3 ans, échoué sur une plage, a fait le tour du monde et la une de bien des quotidiens.
Selon des informations préliminaires, la famille avait cherché à immigrer au Canada et avait vu sa demande de statut de réfugié refusée.
Le ministre Alexander veut aussi obtenir une mise à jour quant à la crise des migrants en Europe.
Une Canadienne de la région de Vancouver avait tenté en vain, en mars dernier, de parrainer trois Syriens membres de sa famille qui ont fait partie, cette semaine, d'un groupe de 12 migrants qui se sont noyés en tentant d'arriver en Grèce par la mer Méditerranée.
Parmi ces malheureux figuraient cinq enfants. Le cadavre de l'un d'eux, celui d'un petit garçon, a été photographié gisant sur une plage de la Turquie après avoir été poussé par les vagues.
Le député néodémocrate Fin Donnelly, qui sollicite un nouveau mandat aux élections du 19 octobre dans Port Moody-Coquitlam, en Colombie-Britannique, a confirmé à La Presse Canadienne que les petits garçons Galip et Aylan Kurdi, respectivement âgés de 5 et de 3 ans, ainsi que leur mère Rehan, avaient péri dans le naufrage alors que le père des enfants, Abdullah, a survécu.
Le député Donnelly affirme qu'en mars dernier, il a livré au ministre Alexander une demande de parrainage signée par Teema Kurdi, la soeur du survivant du drame, mais que cette demande a été rejetée.
Fin Donnelly signale que Mme Kurdi a constaté avec horreur le décès des gens qu'elle voulait parrainer en voyant les photographies du petit garçon mort sur la plage turque.
La distance maritime entre Bodrum, en Turquie, et l'île de Kos, en Grèce, où les migrants voulaient accoster, n'est longue que de quelques kilomètres mais la traversée est très dangereuse.