Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) a adopté un budget équilibré pour l’exercice financier 2020- 2021.
Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) a adopté un budget équilibré pour l’exercice financier 2020- 2021.

Baisse des taxes scolaires et hausse de l’aide alimentaire

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) a adopté un budget équilibré pour l’exercice financier 2020- 2021, lors d’une séance de gestion transitoire organisée, mardi, à l’école internationale du Phare. Les contribuables verront quant à eux leur compte de taxes passer de 16 cents à 10,5 cents du 100 $ d’évaluation, comme le prévoyait le budget provincial.

Le CSSRS a un budget total de 292 M$, soit 267 M$ en budget de fonctionnement et 25 M$ en budget d’investissement.

La baisse des taxes scolaires représente une diminution des revenus de 9,7 M$, qui est compensée par une subvention d’équilibre du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES).

« Il n’y a donc pas d’impact sur les services », précise Christian Provencher, directeur général du CSSRS.

« Ce budget ne tient pas compte de l’effet de la Covid-19, car le ministère nous a demandé de comptabiliser séparément tous les frais supplémentaires et les manques à gagner liés à la pandémie. Ces coûts additionnels nous serons remboursés par le ministère dans un deuxième temps », ajoute M. Provencher, spécifiant qu’il est trop tôt encore pour estimer ces coûts additionnels.

Les frais supplémentaires incluront, notamment, l’ajout de personnel, l’achat de matériel (tel que le Purell et des masques) et l’aménagement de locaux pour respecter les mesures sanitaires.

Par rapport au dernier budget, les revenus comme les dépenses ont augmenté de 3 pour cent. « On a un budget qui ressemble à celui de l’an dernier parce que notre clientèle est stable. On a atteint un plateau qui fait qu’au niveau préscolaire, on a une petite baisse, mais au primaire et au secondaire, on a une légère hausse », mentionne le directeur général, ajoutant que le CSSRS compte au net une soixantaine d’élèves de plus que l’an dernier.

L’aide alimentaire a augmenté de 600 000 $ dans le budget 2020-2021. « C’est une bonne nouvelle qui nous permettra d’offrir une aide alimentaire à tous nos établissements et non pas uniquement à ceux qui sont situés dans des milieux défavorisés », souligne M. Provencher, précisant que ce sont les écoles qui décideront, selon leur réalité, comment ces fonds additionnels seront dépensés.

« Nous avons travaillé avec les règles de consultation pour établir notre budget. On attend toujours les règles officielles qui pourraient engendrer quelques ajustements mineurs au budget. Si ces règles officielles tardent à être transmises, c’est probablement que le ministère a l’intention de bouger sur certains aspects, mais c’est seulement ma perception », résume M. Provencher.