Christian Provencher, directeur général de la CSRS, et Gilles Normand, président de la CSRS.

Baisse de taxe à la CSRS

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a adopté un budget équilibré, mardi soir, qui lui permet notamment de bonifier certaines mesures consacrées aux élèves en milieu défavorisé. Les contribuables verront quant à eux leur compte de taxes passer de 18 cents à 16 cents du 100 $ d’évaluation, comme le prévoyait l’uniformisation annoncée lors du dernier budget provincial.

Ainsi, avec la baisse annoncée, pour une maison évaluée à 300 000 $, le compte de taxes sera de 480 $. Celui-ci devrait être envoyé au plus tard à la mi-juillet.

Rappelons que Québec entend uniformiser le taux de la taxe scolaire dans l’ensemble de la province sur une période de trois ans.

À terme, en 2021, le taux s’établira à 10 cents du 100 $ d’évaluation. Ce processus d’uniformisation avait commencé sous les libéraux; un taux unique avait été créé par région. En Estrie, le taux avait été ramené et uniformisé à 18 cents l’été dernier. Une compensation a été prévue par Québec pour les commissions scolaires.

Viser la réussite

Parmi les faits saillants du budget, la mesure liée à la réussite des élèves en milieu défavorisé a été bonifiée de 725 715 $. Avec ces mesures, l’ajout de professionnels ou d’enseignants pourrait être fait pour améliorer la réussite des élèves, illustre le directeur général de la CSRS, Christian Provencher.

La CSRS prévoit aussi l’ajout de huit classes spécialisées. Les montants alloués par Québec permettaient d’en ouvrir près de deux, mais l’organisation a décidé d’investir davantage pour porter ce chiffre à 8.

La CSRS pourra aussi mieux soutenir ses enseignants avec du mentorat pour l’insertion des enseignants (92 806 $).

« Ce qu’on souhaite, c’est que lorsqu’on les engage, ils aient envie de demeurer avec nous », souligne M. Provencher. Une nouvelle mesure pour l’organisation d’activités parascolaires au secondaire est aussi prévue (625 866 $). Le directeur général Christian Provencher souligne que 80 nouvelles candidatures ont été déposées par des futurs enseignants; ce genre de mesure permettra donc de favoriser l’insertion des candidats qui pourraient être embauchés.

« On est très contents. Ça va soutenir la réussite des élèves. On a vécu longtemps avec des montants moindres », commmente le président de la CSRS, Gilles Normand.

Le budget de l’organisation est d’environ 284 M$, soit 11 M$ de plus que l’an passé. Cette hausse s’explique notamment par le réinvestissement du gouvernement.

Édith Pelletier, directrice générale de la CSS.

Nouvelles encourageantes à la CSS


Bien que ses dirigeants aimeraient profiter d’une plus grande marge de manœuvre, la Commission scolaire des Sommets (CSS) annonce quelques nouvelles encourageantes avec son budget 2019-2020.

Pour les contribuables, l’une des meilleures nouvelles est la baisse du taux de taxation scolaire sur le territoire de la CSS. Il passera de 0,1843 $ à 0,15475 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière. Cette diminution est conforme à la volonté du nouveau gouvernement, qui souhaite uniformiser la taxe scolaire sur tout le territoire du Québec.

Directrice générale de la CSS, Édith Pelletier souligne que le « taux décrété par le gouvernement » ne fera pas diminuer les revenus de son organisation puisque Québec lui offrira une subvention d’équilibre fiscal de près de 5,1 millions $.

Autre nouvelle rassurante : la CSS embauchera un orthophoniste à temps plein et créera un poste en psychoéducation qui représentera 70 pour cent d’une tâche complète.

« On n’a jamais fait de coupures dans nos services professionnels. Notre clientèle est bien desservie de ce côté, si on se compare à des commissions scolaires ailleurs au Québec, mais on continue tout de même à investir dans ce domaine », note Édith Pelletier.

4 nouvelles maternelles

Par ailleurs, la CSS ajoutera quatre nouvelles classes de maternelle pour enfants de quatre ans sur son territoire. Elles verront le jour dans les écoles du Baluchon, Saint-Laurent, Hamelin et Notre-Dame-de-Lourdes.

« Avec l’ajout de ces maternelles quatre ans, on portera le total de nos classes pour cette clientèle à 10. C’est autant que les Commissions scolaires de la Région-de-Sherbrooke et des Hauts-Cantons réunies. C’est un modèle qu’on connaît depuis longtemps chez nous et on a de l’espace pour le développer sous sa forme temps plein », souligne Mme Pelletier.

La directrice générale de la CSS estime que les maternelles quatre ans constituent « un excellent service pour certains élèves ». Elle pense ici principalement aux enfants qui ne fréquentent aucun centre de la petite enfance. 

Le budget 2019-2020 de la CSS est équilibré et comprend des dépenses de 116 694 676 $. Une somme de 133 650 $ a notamment été puisée dans le surplus libre de l’organisation pour atteindre l’équilibre.

« Malgré les nouvelles allocations annoncées et reçues, la CSS doit composer, depuis 2010-2011, avec d’importantes compressions budgétaires. Celles-ci sont récurrentes et se chiffrent à plus de 3,2 M$ annuellement. Cela demeure donc difficile de faire un budget sain dans un tel contexte », affirme le président de la CSS, Jean-Philippe Bachand. Jean-François Gagnon