Alexandre Blais, professeur à l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke (UdeS), Linda Morra, professeure au département d’études anglaises de l’Université Bishops et Nadi Braidy, professeur de génie chimique et de génie biotechnologique de l’UdeS, sont trois des nombreux chercheurs qui se partagent un peu plus de 50 millions $ en subventions pour les aider à acquérir de l’équipement utile à leurs recherches à la fine pointe de la technologie.

Averse de 51 M$ sur l’UdeS

L’Université de Sherbrooke vient de recevoir un peu plus de 51 millions $ en subventions offertes par les gouvernements du Québec et du Canada ainsi que la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et différents partenaires.

À quoi serviront tous ces millions de dollars qui viennent de déferler sur la colline universitaire? Les sommes allouées serviront principalement à l’acquisition d’équipements de pointe pour aider les chercheurs à avancer dans leurs projets.

Lire aussi: Un nouveau pavillon pour l'Institut quantique de l'UdeS

Plusieurs projets toucheront des octrois de recherches, mais deux projets en particulier se partageront une importante partie du gâteau : un projet en physique quantique touche 13 millions $ (voir autre texte) et projet en microscopie électronique, 22,6 millions $.

Le chercheur Nadi Braidy est l’un des deux chercheurs dont le projet se voit accorder une subvention très importante.

« Nous venons de recevoir 22,6 M$ pour l’achat des microscopes qui permettront de sonder la matière à l’échelle atomique. On peut donc savoir où sont les atomes mais aussi la nature de ces atomes. Une fois qu’on les connait, on peut inférer sur leurs propriétés. Cet investissement est capital pour tous les chercheurs en sciences des matériaux. On est 300 chercheurs au Québec en sciences et en génie des matériaux au Québec, mais on ne peut pas travailler avec une main liée dans le dos; ça nous prend ce type d’outils pour pouvoir travailler mieux et plus rapidement », souligne le professeur Brady du département de génie chimique et de génie biotechnologique.

« Projets révolutionnaires »

« Ces investissements permettront aux chercheurs de mener des projets révolutionnaires qui produisent des résultats étonnants, par exemple la réalisation de matériaux composites pour fabriquer et réparer de l’équipement dans le secteur de l’aéropsation, la détection de l’étude de la matière noire et le perfectionnement de chirurgie non invasive au cerveau pour traiter des maladies comme celle de Parkinson », s’est réjoui la ministre Marie-Claude Bibeau, dont le gouvernement a injecté 13 millions $.

Les chercheurs des sciences sociales n’ont pas été oubliés cependant, car 2,1 millions $ ont été consentis à des professeurs en sciences humaines et sociales de l’Université de Sherbrooke par le gouvernement fédéral et 280 000 $ à d’autres chercheurs de l’Université Bishop’s par le biais de bourses et de subventions du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH).

« La recherche financée par le CRSH que nous célébrons aujourd’hui porte sur différentes sphères des sciences humaines est sociales dans lesquelles nos chercheurs ont une réputation nationale et internationale », a soutenu le vice-principal académique de l’Université Bishop’s, Miles Turnball.