Une quarantaine de personnes se sont mobilisées pour appuyer Étienne-Alexis Boucher dimanche devant l’édifice Sercovie où se tenait l’assemblée générale annuelle de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke.

Autre assemblée houleuse à la SSJB

L’assemblée générale annuelle de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke (SSJB) n’a pas été de tout repos dimanche. La présence controversée d’Étienne-Alexis Boucher, président de la Société nationale de l’Estrie, a soulevé la colère et l’exaspération de plusieurs membres.

« J’ai fait face à une assemblée très hostile, avance M. Boucher, qui avait mobilisé une quarantaine de personnes devant l’édifice Sercovie où se tenait l’AGA. Les administrateurs font preuve d’une grande fermeture et refusent que des membres qui sont en désaccord prennent la parole. J’ai fait l’objet d’invectives ‘‘assieds-toi’’ ou ‘‘on t’a assez entendu’’. On m’a empêché de proposer la tenue d’activités concernant les commémorations nationales qui sont intrinsèquement liées à la mission de la SSJB. Je pense par exemple au jour du Drapeau, à la Journée internationale de la francophonie ou à la Journée nationale des patriotes. Je n’ai pas non plus été en mesure de proposer des solutions concernant la problématique des membres isolés, c’est-à-dire les membres non couverts par une section locale. »

Lire aussi: La SSJB expulse de potentiels membres de son assemblée générale

« On a souligné le jour du Drapeau durant plusieurs années, mais dernièrement il est arrivé qu’on n’ait pas pu mettre nos énergies vers cela, rétorque la présidente Micheline Dupuis, visiblement exténuée à la suite de l’assemblée. 2017 a été une année assez remplie avec des papiers de cour qui arrivent à tout bout de champ alors un moment donné, il faut choisir où mettre notre énergie. »

Rappelons qu’Étienne-Alexis Boucher s’adresse présentement aux tribunaux pour faire admettre plus de 500 nouveaux membres dans la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke. La Société a rejeté les demandes de membrariat déposées en mai 2017 par M. Boucher. La SSJB, qui se déclare apolitique, invoque plusieurs arguments pour expliquer sa décision notamment que l’initiative « semble patronnée par la Société nationale de l’Estrie et la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal » et que ces deux organismes ne semblent pas apolitiques.

« M. Boucher est membre et il a le droit d’assister à la rencontre, admet Micheline Dupuis. Peut-être que certaines personnes n’aiment pas M. Boucher en raison de ses prises de position. On est un organisme à but non lucratif, on a le droit de refuser des membres. »

M. Boucher a également critiqué plusieurs aspects techniques de l’AGA de dimanche.

« J’ai été déçu de constater que l’assemblée n’avait pas été dûment constituée, mentionne M. Boucher qui a déploré également la présence de policiers du SPS. Certains membres n’ont pas été convoqués et la convocation n’incluait pas l’ordre du jour et le procès-verbal tel que l’exigent les statuts et règlements de l’organisme. Et c’est sans compter le fait que l’ordre du jour était déficient parce qu’il ne comportait pas tous les points que doit contenir un ordre du jour. On peut donc se questionner sur la légitimité de l’assemblée. »

Les administrateurs de la SSJB ont tous été reconduits dans leur fonction lors de l’AGA. La SSJB a également souligné son intérêt à créer des sections locales à Weedon et Lac-Mégantic.