Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Autoroute 410: Lennoxville se désengorge et Cookshire-Eaton se rapproche

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’ouverture du dernier tronçon du prolongement de l’autoroute 410 à Sherbrooke correspond à un espoir de développement pour Cookshire-Eaton et à une quiétude nouvelle pour le centre-ville de l’arrondissement de Lennoxville.

Au lendemain de l’ouverture de la section de 4,2 kilomètres de la voie rapide qui atteint maintenant la route 108 près du Centre de recherche d’Agriculture Canada, le conseiller du district de Lennoxville qui est aussi propriétaire du motel Lennoxville, Claude Charron, constatait déjà une baisse marquée de la circulation sur la rue Queen.

« La baisse d’achalandage a été quasi instantanée. Quelques camions ont encore traversé Lennoxville, mais ils se sont vite habitués au nouveau trajet. À l’heure de pointe, les embouteillages pouvaient atteindre la ferme Beaulieu lorsque le train traversait Lennoxville. Il y a beaucoup de positif avec cette ouverture », affirme Claude Charron.

La mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe, s’attend à un achalandage accru dans sa municipalité.

« Nous espérons que ça puisse avoir un impact sur nos commerces comme notre épicerie, nos stations-service et nos dépanneurs. Il va y avoir plus de va-et-vient dans la municipalité », estime la mairesse de Cookshire-Eaton.

La phase II du prolongement de l’autoroute 410 qui a nécessité des investissements de 75 millions $ du Québec et d’Ottawa, soit la dernière étape de ce projet d’envergure amorcé en 2009, a été mise en service mercredi à 13 h. 

Développement industriel et résidentiel

La fin du prolongement de la 410 « rapproche » ainsi Cookshire-Eaton de Sherbrooke. La municipalité du Haut-Saint-François souhaite que le développement industriel et résidentiel puisse en bénéficier.

« Nous sommes prêts à accueillir de nouvelles entreprises. Nous sommes maintenant plus près de l’autoroute en plus d’être à proximité de la frontière américaine. Nous aurons dès le printemps une quarantaine de nouveaux terrains résidentiels à offrir dans le secteur de Johnville. C’est maintenant situé à une dizaine de minutes de Sherbrooke. Les gens pourront profiter du côté rural à proximité de la ville », signale Sylvie Lapointe.

Le conseiller du district de Lennoxville à la Ville de Sherbrooke ne croit pas que le détournement de la circulation pour désengorger Lennoxville aura un impact négatif.


« L’impact de la diminution de la clientèle étudiante en raison de la pandémie est beaucoup plus grand en termes de baisse d’achalandage dans les commerces de Lennoxville. »
Claude Charron

Le débit de véhicules attendu par le ministère des Transports du Québec dès l’ouverture du nouveau tronçon est de 6200 véhicules par jour.

« Très peu d’automobilistes ou de camionneurs s’arrêtaient dans les commerces. L’impact de la diminution de la clientèle étudiante en raison de la pandémie est beaucoup plus grand en termes de baisse d’achalandage dans les commerces de Lennoxville. Ce sont eux ainsi que le personnel de Bishop’s, Champlain et BCS qui se retrouvent dans les commerces. Nous avons hâte que ça revienne à la normale. Je pense à un endroit comme le Lion Pub et sa terrasse qui vont maintenant bénéficier d’une quiétude qu’ils n’avaient pas. Ça va améliorer l’atmosphère à Lennoxville que les camions lourds n’y passent plus », croit Claude Charron.

Ce dernier rappelle que l’ouverture de la 410 sur toute sa longueur sera aussi un gain sur le plan de la sécurité publique. Les pompiers du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke pourront atteindre les campus de l’université Bishop’s, du Collège Champlain et de BCS même si le train bloque le passage à Lennoxville.

« Les premiers répondants et les pompiers vont pouvoir se rendre par l’autoroute sans problème. C’était l’une des raisons pour laquelle la caserne avait été construite là où elle est située », signale Claude Charron.

Comme l’ensemble des autoroutes de la région, le nouveau tronçon de la 410 sera patrouillé par le poste autoroutier de la Sûreté du Québec en Estrie.

« Les gens devront être attentifs à la signalisation, parce qu’à la fin de l’autoroute, la vitesse est réduite à 80 km/h au lieu de 100 km/h lorsqu’elle est réduite à une voie », explique la porte-parole de la SQ en Estrie, la sergente Aurélie Guindon.

Le projet entier de 13,2 kilomètres entre le boulevard Université et la route 108 qui s’est échelonné sur plus de dix ans a coûté plus de 241 millions $.

Aurélie Guindon