La Tribune
L’autonomie alimentaire a été sur toutes les lèvres en 2020. Si bien que Québec a investi 16 M$ pour une stratégie nationale d’achat d’aliments québécois dans les institutions, 92,5 M$ pour la robotisation et l’automatisation des transformateurs, 15,5 M$ pour la stratégie marketing d’Aliments du Québec et 91 M$ pour doubler la superficie des serres en plus d’un tarif préférentiel d’électricité pour petits et grands producteurs.
L’autonomie alimentaire a été sur toutes les lèvres en 2020. Si bien que Québec a investi 16 M$ pour une stratégie nationale d’achat d’aliments québécois dans les institutions, 92,5 M$ pour la robotisation et l’automatisation des transformateurs, 15,5 M$ pour la stratégie marketing d’Aliments du Québec et 91 M$ pour doubler la superficie des serres en plus d’un tarif préférentiel d’électricité pour petits et grands producteurs.

Autonomie alimentaire: au tour des détaillants

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
Initiative de journalisme local - La Tribune
Le Québec pourrait-il se nourrir lui-même? Cette grande question qui a fait surface avec la crise sanitaire est rapidement devenue le cheval de bataille du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne. Une pluie d’importantes annonces et un Panier Bleu plus tard, la partie n’est pas gagnée, mais semble bien amorcée.