Il y avait près de 200 personnes rassemblées au Centre d’activité physique du Cégep de Sherbrooke mercredi pour la 18e édition de l’Automn’Art. Elles ont pu miser sur quelque 50 toiles d’artistes de la région.

Automn'Art séduit plus que jamais

La 18e édition d’Automn’Art qui se déroulait mercredi soir a amassé un montant record de 81 585 $. Cet argent ira directement à la fondation du Cégep de Sherbrooke pour venir en aide aux étudiants dans le besoin.

Il y avait près de 200 personnes rassemblées au Centre d’activité physique du Cégep. Elles ont pu miser sur quelque 50 toiles d’artistes de la région.

Josée Mailloux, directrice de la Fondation du Cégep de Sherbrooke, incite sur la générosité des artistes qui donnent de leurs créations pour la cause.

« La réponse est assez généreuse, admet-elle. Automn’Art c’est une vitrine et une diffusion pour eux. Il y a aussi des artistes qui ont de bonnes raisons de donner, car ils ont déjà reçu dans le passé. Souvent les artistes connaissent ça les situations précaires. »

L’architecte Daniel Quirion et l’artiste Adèle Blais agissaient à la présidence d’honneur.

Aider les étudiants

Tous les sous amassés serviront à aider les étudiants dans le besoin.

« Ce n’est pas tout le monde qui a nécessairement les reins solides lorsqu’on étudie à temps plein, souligne Mme Marcoux. On leur donne un coup de pouce que ce soit en don alimentaire, en matériel scolaire ou en payant leur session. Ça leur permet de finir leur programme et d’aller chercher leur diplôme. »

« Juste cette semaine, un étudiant en troisième année en éducation spécialisée est venu chercher de l’aide financière pour la première fois, poursuit-elle. On lui a remis un bon alimentaire et on lui a aussi payé sa session. Il était très touché et mal à l’aise. Il nous demandait comment il pouvait nous rembourser. Je lui ai dit de faire un don plus tard pour aider un autre étudiant. Il m’a dit qu’il allait revenir. On a aussi aidé un papa de 45 ans en génie mécanique monoparental avec la charge de ses enfants. Il était plombier et l’horaire ne fonctionnait plus avec la famille. On lui a remis un bon alimentaire le vendredi et il nous a dit qu’il était content puisque ses enfants allaient pouvoir manger durant la fin de semaine. On fait une différence. »