Sara Bureau-Royer pratique l'une des techniques d'autodéfense apprises lors de la formation offerte par Courir en Estrie, en collaboration avec la Régie de police de Memphrémagog et le Complexe sportif international de Magog.

Autodéfense : «Faites sortir l'animal en vous»

« Vous devez faire sortir l'animal en vous. » L'instructeur Nicholas Marcoux n'y est pas allé par quatre chemins devant la centaine de coureuses, venues apprendre des techniques d'autodéfense qui leur étaient spécialement destinées.
Offerte pour la deuxième fois seulement au Québec, la formation était présentée à quatre reprises par Courir en Estrie, en partenariat avec la Régie de police de Memphrémagog et le Complexe sportif international de Magog. Avec l'agression survenue en septembre au mont Saint-Bruno, on a bien senti que la peur grandissait au sein des coureuses.
« En trois jours, toutes les places étaient comblées. Par la rapidité de la réponse, j'ai vu qu'il y avait un besoin. Je suis super content que les femmes viennent à l'activité. Mais en même temps, ça m'inquiète un peu, car ça veut dire qu'il y a vraiment une insécurité », indique Patrick Mahony, directeur de Courir en Estrie.
Beaucoup de confiance
Inspiré par une initiative du genre mise en place par le Coureur nordique à Québec, M. Mahony voulait surtout conscientiser les femmes. Des participantes sont même venues de Drummondville et de Montréal pour suivre la formation.
Au-delà des techniques apprises, les coureuses ont surtout acquis beaucoup de confiance.
« Je suis ici pour apprendre à me défendre, mais aussi pour pouvoir intervenir si d'autres personnes se font agresser. Savoir qu'on peut frapper, que c'est légal, ça donne la force de le faire », mentionne la participante Marie-Dominique Duval.
« Quand je courais seule, j'avais toujours l'insécurité de me dire que je ne saurais pas comment me défendre s'il arrivait quelque chose. Même si je ne sais pas comment je vais réagir si ça se passe, j'ai plus confiance et je suis mieux outillée », ajoute une autre participante, Sara Bureau-Royer.
Des demandes ont d'ailleurs été faites pour que le concept soit repris ailleurs, ce qui démontre le besoin en la matière.
« Le niveau d'instructeur qu'on a en place pour l'événement est assez exceptionnel. Nicholas Marcoux est instructeur en utilisation de la force pour la police de Memphrémagog et pour l'institut de police de Nicolet. Son entraîneur, le judoka Jacques Dussault, est aussi présent », explique M. Mahony en mentionnant que les instructeurs et policiers sur place viennent de manière entièrement bénévole.
Plus que des organisateurs d'événements, l'équipe de Courir en Estrie se donne aussi une mission sociale qui entraîne des initiatives du genre.