La mairesse d'Austin, Lisette Maillé, veut doter ses citoyens de son propre réseau de fibre optique afin d'améliorer la vitesse du service internet.

Austin veut créer son propre réseau de fibre optique

La municipalité d'Austin ne souffre d'aucun complexe, si bien qu'elle ambitionne de se doter elle-même d'un réseau de fibre optique. Ce projet ferait sans doute le bonheur de plusieurs citoyens déçus de la qualité de l'offre des fournisseurs internet chez eux, mais pourrait également favoriser la vitalité économique de la petite communauté.
Conduit avec l'aide de l'entreprise Civimétrix, le projet caressé par Austin n'a pas été élaboré au cours des derniers mois. Voilà en effet plus de six ans que la municipalité multiplie les démarches dans le but de posséder son propre réseau de fibre optique.
« Il n'y avait plus d'argent pour ce type d'initiative, lance la mairesse Lisette Maillé. Mais, après des années d'attente, de l'argent gouvernemental est enfin disponible pour ça, alors on veut en profiter. »
Deux programmes précis, Canada branché et Québec branché, possèdent des fonds pour des projets semblables à celui d'Austin. Ils s'adressent aux localités qui sont mal desservies par les fournisseurs internet.
Le projet de la municipalité est particulier, car tous les fournisseurs auraient accès à son réseau, ceci à condition d'accepter de payer des redevances pour son utilisation.
Les vitesses de téléchargement qui seraient atteintes seraient nettement supérieures à celles qu'on obtient habituellement dans les villes de la région. La mairesse indique ainsi que le réseau permettrait des vitesses de 1000 méga-octets ou un giga-octet à la seconde. Toutes les maisons d'Austin pourraient être branchées.
« Ça rendrait possible le télétravail pour des gens qui oeuvrent dans des domaines où il faut beaucoup de bande passante. La télémédecine deviendrait également une possibilité. Ça serait donc intéressant pour vitaliser notre secteur », relate Lisette Maillé avec un enthousiasme non dissimulé.
La mairesse ajoute que la construction de ce réseau à « accès neutre » aiderait par surcroît sa municipalité à attirer des familles avec de jeunes enfants, lesquelles recherchent habituellement des secteurs où les réseaux internet offrent des vitesses élevées.
Les citoyens interpellés
Afin de présenter une demande d'aide étoffée, Austin désire que les citoyens mal desservis lui fournissent des données relatives aux vitesses de téléchargement et de téléversement à leur domicile.
Les citoyens souhaitant faire leur part sont invités à se rendre sur le site internet de la municipalité, disponible au www.municipalite.austin.qc.ca. Grâce aux instructions données sur le site, les gens peuvent effectuer un test qui ne durerait « qu'une minute ».
Mme Maillé est consciente que le projet de sa municipalité est hors norme, mais elle le croit susceptible de se qualifier pour du financement gouvernemental. « On a parlé à différents intervenants à Québec et on sent de l'ouverture par rapport à ce qu'on propose. »
Évidemment, on serait porté à penser que le coût d'un tel projet est exorbitant, toutefois Lisette Maillé affirme le contraire. Elle indique, lorsqu'on lui demande de fournir une estimation du coût, que les derniers calculs restent à faire.
« Des partenaires sont déjà prêts à se joindre à nous en nous avançant de l'argent. Une des idées derrière ce projet-pilote, c'est d'amener le Québec ailleurs, un peu comme on l'a fait à une autre époque avec l'électrification. »