Mathieu Gaudreau doit composer avec la sclérose en plaques et, malgré tout, il participe d’année en année à la Classique Pif, allant jusqu’à gagner le titre de la classe Locale l’an dernier.

Au Pif malgré la sclérose en plaques

Le Sherbrookois Mathieu Gaudreau fait partie de ces passionnés de la Classique Pif. Et ce, depuis qu’il est tout jeune. La maladie a toutefois bien failli l’empêcher de vivre sa passion. Même s’il est devenu invalide au plan professionnel, pas question pour lui de mettre de côté sa participation au plus grand tournoi de balle lente du continent.

Atteint de sclérose en plaques depuis quatre ans, Mathieu Gaudreau a vu sa vie changer subitement.

À LIRE AUSSI: David Perron et l’étiquette de champion

« Depuis ce temps, je ne retrouve pas mon énergie. Avant les parties, je dors une nuit complète et je dois redormir durant tout l’après-midi pour être capable de jouer mon match. Sinon, je suis toujours fatigué. Je suis content d’être en forme pour le Pif, parce qu’il y a deux semaines, je n’ai même pas été capable de participer à un tournoi. »

Le membre de la formation de la Boucherie du Terroir/Momo Sports n’aurait pas manqué le rendez-vous annuel pour rien au monde.

« Il doit me parler du Pif chaque jour! » lance le directeur général Jean-Charles Doyon.

« J’ai grandi avec le Pif, admet Mathieu Gaudreau. J’étais préposé au bâton quand j’étais jeune et par la suite, je me suis mis à jouer et j’ai atteint le Pif. Je n’ai jamais lâché et aujourd’hui, j’organise aussi avec des amis le tournoi de qualification pour la Classique Pif. »

Pour réussir à revenir au jeu d’année en année, Mathieu Gaudreau doit fournir certains efforts.

« Je m’entraîne deux fois par semaine au Maxi Club avec l’Association de la sclérose en plaques de l’Estrie. Ça me permet de garder la même capacité motrice et de me réhabiliter le plus rapidement possible. Ça permet de me régénérer et ça me fait un énorme bien. En fait, c’est ce qui m’a permis de passer à travers la maladie et de pouvoir jouer à la balle. »

Mathieu Gaudreau avait même un titre à défendre cette année.

« On avait gagné l’an dernier dans la classe Locale, mais cette année, c’était plus difficile. On avait un beau mélange d’expérience et de jeunesse, mais on a été éliminé à la suite d’une défaite de 15-11 mercredi soir contre les A’s de Drummondville. Maintenant, je me prépare pour la classe Invitation ce week-end avec notre alignement original. Les équipes des États-Unis seront difficiles à battre. »

Mathieu Gaudreau compte bien rappliquer l’an prochain dans la classe Locale.

« J’espère évidemment que la science aidera notre cause en trouvant un remède. Parce que mon état ne s’améliore pas. Heureusement, j’ai l’Association de la sclérose en plaques de l’Estrie pour m’aider. Et côté balle lente, je vais jouer aussi longtemps que mon corps me le permettra. Sinon, je serai entraîneur, c’est tout. Ce n’est pas compliqué : la balle, c’est ce qui me garde éveillé », conclut-il.