Attention aux escrocs des déménagements

« C’est vraiment un conseil préventif, c’est arrivé qu’il y ait des faux déménageurs. Souvent les gens sont pris à la dernière minute... on est dépourvus et on fait confiance trop facilement », commente la porte-parole du SPS, Isabelle Gendron.

Le SPS explique que des compagnies de déménagement improvisées exigeront des dépôts d’argent, et ne donneront pas de nouvelles pour le remboursement. Il n’y aurait pas nécessairement de cas rapportés cette année à Sherbrooke, mais des histoires se seraient produites dans le passé.

L’avis est aussi partagé pour que les voisins ouvrent l’œil. Certaines personnes peuvent se dire déménageurs, alors qu’ils sont en train de voler le logement.

Astuces

Pour contrer ces problèmes, l’Office de la protection du consommateur (OPC) conseille à la population de conclure une entente par écrit avec les déménageurs, avec tous les détails des services, ainsi que les prix exacts négociés. Il est aussi conseillé de prendre en photo les meubles, et de transporter les objets de valeurs soi-même.

La participation de plusieurs témoins est aussi suggérée. Une personne reste au logement de départ, pendant que l’autre se positionne à la nouvelle adresse.

L’OPC, qui reçoit entre 100 et 150 plaintes par an de déménageurs, reste disponible pour répondre aux questions des citoyens. Les victimes de vols ou de dommages peuvent aussi contacter l’OPC pour exposer la situation et obtenir des conseils pour faire valoir leurs droits.

État du logement

Selon un sondage réalisé par la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), le mauvais état du logement au départ des locataires serait le principal problème rencontré par les propriétaires en période de déménagement. Ce sont 56 % des répondants qui ont déjà jugé l’état de logement « inacceptable pour le prochain locataire ».

Selon la CORPIQ, un dépôt devrait être demandé aux locataires, dont la remise serait conditionnelle à l’état du logement au moment du départ. « Rien ne justifie que le Québec soit en retard à ce point en comparaison avec ce qui se pratique ailleurs », soutient le directeur des affaires publiques de la CORPIQ, Hans Brouillette.

Lors d’un précédent sondage, la CORPIQ avait noté que 15 % des logements étaient laissés avec 700 $ ou plus en dommages. Il y aurait peu de chance que les propriétaires soient dédommagés.

Les 1442 propriétaires d’immeubles et de logements ayant participé ont été sondés entre le 15 et 25 juin 2018.

C’est parti !

Les déménageurs sont en action! Déjà vendredi, deux jours avant le fameux 1er juillet, plusieurs camions voyageaient dans les rues de Sherbrooke. C’est sous une vague de canicule qu’ils devront transporter leurs biens d’un logement à un autre.

Comme les services de location de camions sont fortement sollicités ces jours-ci, une option populaire pour le transport reste de faire appel à ses amis.

« Les gens appelaient la semaine passée, et je pense qu’il y avait déjà plus de disponibilités », explique Alexandre Gravel, en parlant des camions de déménagement. De toute façon, comme il est étudiant, réserver un camion était la dernière option, étant donné les coûts élevés pour la location. « On emprunte le camion de la compagnie d’un ami. Si on ne l’avait pas eu, on aurait fait plusieurs voyages avec la remorque, et ça aurait été beaucoup plus long », a-t-il raconté, alors que lui et quatre de ses amis en étaient à leur deuxième et dernier voyage.

L’employé de Discount Location d’autos et camions Jonathan Sévigny confirme que leurs camions sont presque tous réservés pour le 30 juin et le 1er juillet.

« On se garde toujours quelques camions en réserve, pour les bris ou des choses comme ça, explique l’employé. Je dirais que les gens commencent à appeler autour de février et mars pour réserver. »

Pascale Nicole, qui arrivait dans le bloc alors qu’Alexandre et ses amis quittaient, a eu recours à ses contacts, elle aussi, pour déménager sa fille. Elle emprunte une remorque pour le week-end et quelques amis sont venus l’aider.

« Ma fille est étudiante et elle déménage souvent, ça devient cher de payer à chaque fois », commente-t-elle. « Une chance qu’elle a un ami footballeur, sinon on aurait dû engager des bras ça c’est sûr! »