Les drapeaux sont en berne à Sherbrooke, notamment à l'Université de Sherbrooke.

Attentat de Québec : aucune ville n'est à l'abri

L'attentat terroriste qui a frappé Québec rappelle qu'aucune ville n'est à l'abri de ce type d'événement.
Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, déplore les événements survenus dimanche soir dans une mosquée de Québec.
« Ce sont des gestes difficiles à qualifier. C'est d'une lâcheté extrême d'entrer de cette façon dans une mosquée et de tirer. On perçoit toujours cela comme des événements extérieurs qui n'arrivent jamais ici. J'ai peine à trouver les mots pour décrire cette horreur », signale le maire de Sherbrooke.
Bernard Sévigny rappelle qu'il y a une importance communauté musulmane à Sherbrooke avec notamment le caractère international de l'Université de Sherbrooke.
Il est entré en contact avec certains leaders de cette communauté, lundi matin.
« Ça peut arriver n'importe où. Ce sont des événements difficiles à comprendre et à prévoir. Rapidement, quand il y a des événements de cette nature, il faut rebondir. Il faut réitérer nos valeurs de solidarité et de respect. L'intégration est un défi collectif pour tous. Le bienfait dans la communauté me semble évident », soutient le maire de Sherbrooke.
Ce dernier rappelle que Sherbrooke a mis en place au fil des ans plusieurs mesures pour favoriser une cohabitation harmonieuse dont la mise en place d'un comité sur l'accueil et l'immigration ainsi que par le support des associations islamiques.
« Nous partageons le même discours de saine cohabitation. Le maire de Sherbrooke ne parle pas de tolérance, mais bien de respect envers tous les citoyens. Il faut nourrir ce discours positif. Nous sommes différents, mais nous cohabitons ensemble et tout le monde y gagne », explique le maire de Sherbrooke qui rappelle que des événements comme le Festival des traditions du monde de Sherbrooke ou le buffet interculturel du du Service d'aide aux néo-canadiens sont des preuves de cette saine cohabitation.
La Ville de Sherbrooke a placé les drapeaux en berne en signe de solidarité envers celle de Québec.
« Nous voulons partager notre solidarité envers les gens de Québec. Ce sont des drames pour chacune de ces familles touchées. J'ai envoyé un message au maire de Québec pour lui transmettre au nom des gens de Sherbrooke qu'il a notre support et notre solidarité. Je lui ai souhaité du courage à lui et aux familles éprouvées à la suite de ce massacre », souligne Bernard Sévigny.
Selon lui, il faut éviter de générer une psychose collective à la suite de tels événements.
« Il faut établir un certain équilibre entre la sensibilisation et la surveillance. Les policiers font de la sensibilisation dans le réseau scolaire. L'un des seuls remparts demeure d'en parler et de partager nos valeurs communes. Nous souhaitons que les gens se solidarisent. Sherbrooke avait réagi rapidement à la suite de gestes haineux qui avaient été commis à la boucherie de la rue Denault. C'est le rôle des élus de dénoncer ce type de comportement haineux et de violence », indique le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny.