Assane Kamara a été relâché après près de deux ans de procédures.

Assane Kamara acquitté au Sénégal

L’ex-étudiant de l’Université de Sherbrooke d’origine sénégalaise accusé d’avoir voulu joindre les rangs djihadistes a été acquitté lundi. Assane Kamara a été relâché après près de deux ans de procédures.

Les accusations d’apologie du terrorisme, de financement du terrorisme et d’association de malfaiteurs n’ont pas été retenues selon PressAfrik

Assane Kamara a donc été libéré immédiatement. Le procureur exigeait pour sa part cinq ans d’emprisonnement.

Le frère et la conjointe de M. Kamara avaient témoigné en sa faveur.

Selon les informations du Toronto Star, qui avait diffusé la nouvelle de l’arrestation en 2016, M. Kamara était un ami de Samir Halilovic, Youssef Sakhir et Zakria Habibi, des Sherbrookois suspectés d’avoir joint l’État islamique en Syrie. 

C’est la mère de l’accusé, inquiète d’un changement de comportement chez Kamara, qui avait forcé son fils à rentrer dans son pays d’origine. Le jeune homme s’était établi à Edmonton en 2014, où sa mère l’avait trouvé en train de diriger la prière dans une mosquée. Le transfert d’un montant de 1500 $ dans le compte d’Assane Kamara avait aussi soulevé les soupçons.

Selon plusieurs médias sénégalais, le principal intéressé avait clamé qu’il souhaitait utiliser cet argent pour retourner étudier au Canada.

Des voleurs de VTT trahis par leurs traces dans la neige

Des voleurs de VTT ont été trahis par leurs traces laissées dans la neige dans la nuit de dimanche à lundi.

Les patrouilleurs du Service de police de Sherbrooke se sont présentés sur les lieux d’un vol de VTT avec sa remorque sur la rue Limousin dans l’arrondissement de Brompton, lundi vers 0 h 30.

« Il n’y avait qu’une seule trace dans la neige qui partait vers Stoke », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Les policiers ont suivi les traces laissées dans la neige fraîche pendant une vingtaine de kilomètres sur une route située en zone rurale.

Ils sont arrivés à une résidence où ils ont retrouvé la remorque et le VTT volés, mais aussi une dizaine d’autres VTT, une remorque ainsi qu’une camionnette.

« Nous enquêtons pour savoir où ces VTT ont été volés », mentionne le porte-parole du SPS.

Devant cette quantité de véhicules volés, les policiers ont procédé à l’arrestation des deux individus qui se trouvaient au 105 du chemin Coutu à Stoke.

« Dans la résidence, les policiers ont aussi découvert une centaine de plants de cannabis », mentionne le porte-parole du SPS.

Les deux individus de 29 ans et 33 ans qui possèdent des antécédents judiciaires ont été interrogés par le SPS.

Steve Vachon-Guertin et Larry Jr Robert Beggs ont comparu en fin d’après-midi, lundi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

Ils ont été accusés de vol et recel de plus de 5000 $ ainsi que d’intrusion de nuit.

Des accusations de production et de possession de cannabis dans le but d’en faire le trafic ont été autorisées par le procureur aux poursuites criminelles Me François Houle contre Vachon-Guertin.

Des conditions de remise en liberté ont été imposées aux deux accusés.

C’est Me Jean-Guillamue Blanchette qui assure leur défense.

Les organismes rendent les « bonbons électoraux »

Les organismes communautaires de l’Estrie n’ont pas décoléré depuis le dernier budget du gouvernement de Philippe Couillard. Leurs représentants étaient de nouveau devant les bureaux des députés, dans plusieurs circonscriptions de l’Estrie, dont Luc Fortin, ministre responsable de la région, pour leur rendre « leurs bonbons à saveur préélectorale » reçus lors du budget du ministre Carlos Leitão.

« Après plusieurs années d’austérité, les groupes communautaires sont outrés de l’arrogance du gouvernement libéral. L’écart entre les besoins du milieu communautaire (475 M$) et l’annonce de 22,5 M$ pour 2018-2019 est immense », soutiennent les manifestants. « Au-delà d’une motion à l’Assemblée nationale, le gouvernement libéral se désengage. Le milieu communautaire ne se laissera pas faire! Nous voulons plus que des bonbons! », déclare-t-ils.