L’école secondaire du Salésien a inauguré ses aménagements extérieurs. Sur la photo, Sophia Reed, élève, Patricia Picard, enseignante, Philippe Picard, directeur pédagogique, créativité et innovation, Maxandre Hegi, élève, Jean-Marc Poulin, directeur général, Justine Moffette et Samuel Éhtier, deux élèves de secondaire 1.

Apprendre au coeur de la nature du Salésien

Une agora, un jardin et la zone collaborative extérieurs seront désormais à la disposition des élèves de l’école secondaire du Salésien. L’inauguration de ces aménagements extérieurs, voulant favoriser les processus d’apprentissages des élèves, s’est déroulée jeudi soir lors de la Fête familiale de la rentrée.

Le directeur général, Jean-Marc Poulin, visiblement fier de ces nouvelles structures, a présenté à La Tribune les trois nouveaux espaces consacrés à l’apprentissage des élèves. Il souligne que, bien que ce projet ait été couteux, le bien-être des élèves est plus important. Pour lui, les dollars investis sont des « pinottes ».

« Toutes les matières peuvent s’enseigner à l’extérieur. Alors cet investissement, pour moi, ce n’est rien », affirme M. Poulin en précisant que plusieurs anciens élèves ont eu un intérêt à investir dans le projet en plus des partenaires.

La Fondation Monique-Fitz-Back a analysé plusieurs études sur la concentration, la réussite scolaire et l’apprentissage. Selon ces études, la réussite scolaire serait favorisée dans les contextes d’apprentissage extérieurs, souligne M. Poulin. Le Salésien a par ailleurs reçu la Fondation pour une conférence à ce sujet.

Une enseignante du Salésien a fait l’essai de la zone collaborative mardi.

« J’ai utilisé la zone collaborative. Pour nous, les enseignants, c’est une merveille. Enseigner dans la nature avec le vent, la chaleur et le soleil est une expérience en soi. De ne plus être emprisonné entre quatre murs et de reprendre contact avec la Terre peut être bénéfique pour l’élève. C’est un lieu serein et où la nature va amener les jeunes à se sentir reposés et bien attentifs », note Patricia Picard, enseignante en espagnol et à l’option citoyen de la Terre.

Les enseignants ont déjà commencé à faire des réservations de classes extérieures.

Bienfaits

Karine Fisette, mère de trois élèves Salésien et étudiante à la deuxième année au baccalauréat en adaptation scolaire et sociale, a présenté dans le cadre d’un cours certains bienfaits sur des approches innovantes qui entourent l’approche pédagogique.

« Dans le cours, nous avons abordé les bienfaits des séances extérieurs dans le cadre scolaire. L’environnement et les différentes façons d’utiliser l’environnement ont un impact sur la motivation des élèves et leur engagement scolaire. La nature est un milieu paisible, ce qui diminue le stress chez les élèves », souligne Mme Fisette.

Il est important, selon l’étudiante, que les cours extérieurs soient entourés de végétaux. Elle souligne aussi que le rôle de l’enseignant est primordial.

« Il y a un grand potentiel de développement pédagogique. C’est un milieu qui est stimulant », ajoute-t-elle.