Philippe Couillard

Anticosti: Pétrolia met de la pression pour obtenir sa rencontre avec Couillard

La société Pétrolia a écrit au cabinet de premier ministre Philippe Couillard, lundi, pour constater qu'il n'a toujours pas donné suite à son engagement de rencontrer ses représentants.
Dans sa lettre, le président de l'entreprise, Alexandre Gagnon, rappelle que M. Couillard voulait convoquer cette rencontre «rapidement», lorsqu'il a fait part de son intention, le 16 février dernier.
M. Couillard avait pris cet engagement après une sortie que M. Gagnon ait réclamé une rencontre avec le premier ministre, en raison de ses déclarations opposées à la prochaine étape du programme d'exploration d'hydrocarbures sur l'île d'Anticosti, dont le gouvernement québécois est partenaire.
Alors qu'il était en mission à Washington, il y a près de deux semaines, M. Couillard avait assuré que la rencontre s'organisait mais la semaine dernière, une source au sein de Pétrolia indiquait qu'aucun contact n'avait été pris.
Dans sa lettre, datée du 29 février, M. Gagnon presse M. Couillard de joindre le geste à la parole afin de dissiper la «confusion» et les «incertitudes» provoquées par ses déclarations publiques.
Le président de Pétrolia écrit que l'entreprise traverse une période difficile depuis les premières déclarations de M. Couillard, en décembre, où il a commencé à prendre ses distances du projet d'exploration.
«La médiatisation outrancière du dossier Anticosti et la multiplication des déclarations publiques sur son objet ont suscité de la confusion et des incertitudes que nous souhaitons ardemment voir dissiper, écrit M. Gagnon. Nous sommes convaincus que vous êtes à même de comprendre l'importance que revêt cette rencontre, nécessaire dans les circonstances.»