Annie Godbout sera de retour au conseil municipal le 15 octobre prochain.

Annie Godbout reprend son rôle de conseillère municipale

Dès mardi matin, la conseillère Annie Godbout a repris du service sur la scène municipale, après avoir vécu une première défaite électorale comme candidate du Parti libéral du Québec dans Richmond.

« J’ai repris mes fonctions », lance-t-elle en ajoutant qu’elle avait déjà été contactée par une citoyenne. L’élue sera donc présente au prochain conseil municipal de Sherbrooke, le 15 octobre. Comment voit-elle de reprendre ces fonctions-là où elle les avait laissées? « Ça ne fait pas longtemps que je les ai laissées. C’est comme si j’étais en vacances. C’est business as usual. Je suis toujours motivée à siéger au conseil », souligne celle qui a dû s’incliner devant le candidat caquiste André Bachand.

Annie Godbout a laissé son siège vacant durant la campagne électorale provinciale. Elle avait pris cette décision pour des questions d’éthique. « De toute façon, je n’aurais pas pu faire les deux, lance-t-elle en faisant référence au rythme soutenu d’une campagne. Je suis une personne entière. »

Elle avait demandé aux citoyens de Rock Forest de se tourner vers la conseillère Nicole Bergeron s’ils avaient des préoccupations. Elle avait aussi pris une pause de Destination Sherbrooke et du comité des relations interculturelles et de la diversité. Annie Godbout avait aussi assuré qu’avec cette absence, elle verserait son salaire à des organismes communautaires. Elle a préféré ne pas dévoiler les noms mardi, puisqu’elle doit faire une annonce publique à ce sujet.

Le fait d’avoir porté les couleurs du PLQ qui s’est fait montrer la porte comme gouvernement pourrait-il avoir des impacts négatifs sur son travail au municipal? La conseillère souligne qu’elle a toujours eu de bonnes relations avec les gens qu’elle côtoie. « Je suis capable de mettre la partisanerie de côté. Pour moi, ça ne changera rien. On est là pour servir les citoyens, d’abord et avant tout. C’est important de travailler au bénéfice des citoyens. » La conseillère était pressentie comme candidate à la mairie en 2017, et plusieurs observateurs la voient briguer la mairie dans trois ans. Cette tentative au provincial pourrait-elle avoir un impact sur la suite de sa carrière politique? « Je ne veux pas aller là ce matin », répond-elle.

Elle estime que l’expérience acquise au cours des dernières semaines fait d’elle une politicienne qui a évolué.

Lorsqu’on lui demande comment elle vit la défaite, Mme Godbout réfère à ce qu’elle a dit lundi soir. « Je suis dans le même esprit. Je suis très sereine, c’est une expérience où j’ai beaucoup appris. »