Amély Poulin se rend à Toronto deux fois par mois pour se préparer en vue du concours Miss Univers Canada qui aura lieu en octobre.

Amély Poulin rêve de devenir Miss Univers Canada

Amély Poulin n'y croyait pas tellement lorsqu'elle s'est inscrite au concours Miss Univers Canada en février, mais les étoiles se sont alignées pour la jeune femme d'East Angus qui a franchi toutes les étapes pour avoir maintenant sa place en grande finale.
« J'ai vu une publicité sur Facebook, j'ai cliqué et je me suis inscrite, résume Amély qui vient de terminer un baccalauréat en communication à l'Université de Sherbrooke. Je ne croyais jamais que ça allait me mener là où je suis. Je n'y croyais tellement pas que j'ai attendu la fin du mois de mai avant de l'annoncer à mon entourage, car j'avais peur que ce soit une arnaque. »
Mais c'était bel et bien réel.
Amély, 22 ans, fait partie des 60 candidates qui auront la chance de devenir Miss Univers Canada en octobre prochain. Elle doit se rendre à Toronto toutes les deux semaines pour des rencontres, des répétitions et des entraînements. En septembre, elle devra se rendre dans la Ville Reine chaque semaine.
« Ils nous disent de nous exercer dès que nous pouvons, comme à l'épicerie par exemple. J'essaie, mais laissez-moi vous dire que c'est tout un déhanchement! »
D'ici octobre, en plus de l'entraînement et des répétitions, les candidates doivent amasser des dons pour Opération Smile, un organisme à but non lucratif qui amasse de l'argent pour offrir des opérations chirurgicales aux personnes atteintes de malformations du visage.
« Plus on amasse d'argent pour eux et plus on organise d'événements, plus on a de points en vue du concours », explique Amély.
Les candidates tentent également d'amasser le maximum d'argent possible puisque l'inscription pour le concours s'élève à plus de 2500 $. Les gens qui veulent encourager Amély peuvent le faire via la page Facebook Amély Poulin - Miss Universe Canada 2017 delegate.
Pas qu'un simple concours de beauté
Les préjugés sont nombreux concernant le concours de Miss Univers Canada selon Amély Poulin. Ce n'est toutefois pas qu'un simple concours de beauté, dit-elle.
« On va être noté sur des danses et sur notre participation aux activités. On a aussi une rencontre de deux minutes avec le directeur pour lui parler de nos efforts pour Opération Smile. Il y a évidemment des points pour le défilé lui-même. »
Les candidates devront ensuite répondre à plusieurs questions très ouvertes comme Si vous aviez à poser un geste pour changer le monde, quel serait-il? ou Avec quelle célébrité voudriez-vous souper?
« Il faut que les réponses soient courtes et intelligentes, soutient Amély. Si tu dis que tu veux souper avec Brat Pitt, tu as intérêt à avoir une bonne raison. »
« Les filles sont éduquées, assure-t-elle. Il y en a plusieurs qui sont en médecine ou qui possèdent leur propre entreprise. La plupart ont des baccalauréats, des maîtrises ou même des doctorats. Les filles sont très intelligentes et très belles. La plupart ont fait beaucoup de bénévolat. On ne peut pas nier qu'il y a un aspect concours de beauté, mais ce n'est pas que ça. »
Le sport, un atout
Amély Poulin est une athlète. Elle a pratiqué le patinage artistique de haut niveau pendant plusieurs années et l'enseigne même depuis six ans.
« Je suis chanceuse parce qu'en enseignant le patinage artistique, je suis déjà en bonne forme physique. »
« Je suis disciplinée et autonome grâce au patin et ça m'aide énormément, poursuit-elle. Je sais comment gérer un stress de compétition. Je ne vais pas figer sur la scène parce que je l'ai déjà vécu sur la glace. Je crois vraiment que mon expérience en patinage artistique me donne un gros avantage sur les autres concurrentes. Je suis une des seules qui a un passé d'athlète. »
La communauté d'East Angus s'est également rapidement rangée derrière Amély.
« La mairesse était déjà au courant lorsque je suis allée la voir et la Ville m'aide de plusieurs façons, confirme-t-elle. Les gens me trouvent des salles et m'aident à organiser des événements. Ils font tout en leur pouvoir pour m'aider. »
Objectif top 20
Amély n'entend pas faire de la figuration lors du concours national. Elle vise rien de moins qu'une place dans les 20 premières.
« J'aimerais beaucoup me classer dans les 20 premières positions grâce au vote du public. Mais juste me rendre en finale, tout est accompli, le reste c'est du surplus. »
La gagnante de Miss Univers Canada participera au concours Miss Univers qui se déroulera en novembre.
« Il y a habituellement plusieurs mois de préparation pour la gagnante, mais cette année il n'y a que trois semaines entre les deux concours, mentionne Amély Poulin. Il n'y aura pas beaucoup de préparation pour la gagnante, elle devra donc être celle qui a le plus de chance de l'emporter face aux candidates des autres pays. »