Altercation au Walmart : Nacim Kouddar accusé d’avoir causé la mort de Philippe Jean

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Nacim Kouddar devra répondre de ses actes relativement au décès de l’agent de sécurité Philippe Jean à la suite de l’altercation mortelle survenue dans le stationnement du Walmart des Galeries 4-Saisons à Sherbrooke en avril dernier.

L’individu de 25 ans de Mascouche a été accusé, mardi, d’avoir causé la mort de Philippe Jean en conduisant un véhicule à moteur causant ainsi un homicide involontaire coupable, de conduite dangereuse causant la mort ainsi que de délit de fuite causant des lésions corporelles puis entraînant la mort de l’agent de sécurité.

La victime dans cette affaire, Philippe Jean, est décédé le 20 août après avoir passé plus de 4 mois dans le coma.

Philippe Jean, père de cinq enfants, se trouvait dans le coma depuis l’altercation du 4 avril 2020.

L’individu de 25 ans de Mascouche s’est présenté mardi matin au quartier général du Service de police de Sherbrooke. Un mandat d’arrestation avait été autorisé contre lui, lundi après-midi.

C’est par visiocomparution que Nacim Kouddar est apparu devant la juge Danielle Côté de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

L’accusé a été remis en liberté sous les mêmes conditions qu’en avril dernier à la suite du dépôt des premières accusations de négligence criminelle causant des lésions corporelles alors qu’il conduisait un véhicule, de voies de fait armées, de voies de fait graves et de délit de fuite causant des lésions.

Il est notamment interdit à Nacim Kouddar de conduire un véhicule pour la durée des procédures judiciaires et il ne pourra faire allusion à la victime sur les réseaux sociaux.

Les nouvelles accusations ont été autorisées au cours des derniers jours par la procureure aux poursuites criminelles Me Gabrielle Cloutier en raison du décès de Philippe Jean.

« Il y a un changement de circonstances, la victime est décédée », a précisé Me Louis Fouquet qui agissait, mardi, pour le ministère public.

En octobre dernier, Kouddar s’était vu refuser une demande de modification de ses conditions de remise en liberté.

Le magistrat avait alors émis une ordonnance de non-publication de faits de la cause à la demande du ministère public au début de l’audition de la requête. 

Cette demande de modification de conditions se déroulait en parallèle avec les accusations criminelles qui se poursuivent devant la Cour du Québec.

C’est Me Kim Dingman qui assure la défense de Nacim Kouddar.

Elle a reporté le dossier au 14 décembre prochain.

« Il y aura de la nouvelle preuve notamment d’un rapport du pathologiste et je devrai en prendre connaissance avant la prochaine parution au tribunal », indique Me Dingman.