Les habitudes des jeunes Sherbrookois en matière d’alimentation et d’activité sportive se retrouvent de nouveau sous la loupe, 10 ans plus tard.

Alimentation et activité sportive : nouveau zoom sur les jeunes Sherbrookois

Les habitudes des jeunes Sherbrookois en matière d’alimentation et d’activité sportive se retrouvent de nouveau sous la loupe, 10 ans plus tard. Cette fois, la deuxième enquête s’intéressant aux jeunes âgés entre 4 et 17 ans se penchera également sur leur temps d’écran. Les données permettront de poursuivre le plan d’action qui soutient le développement de leurs saines habitudes de vie.

La seconde phase du « Portrait des jeunes sherbrookois en matière d’alimentation, d’activité sportive et de temps d’écran » mobilise plusieurs partenaires. Cette deuxième enquête voit le jour à l’initiative de l’Alliance sherbrookoise pour des jeunes en santé, du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) et de la faculté des sciences de l’activité physique de l’Université de Sherbrooke. 

« On a intégré le temps d’écran cette année. On voulait intégrer cet aspect-là, voir d’un point de vue de sédentarité ça ressemble à quoi. [...]  Il y a 10 ans, le téléphone, on le voyait apparaître, c’était le début... La réalité c’est qu’en 2019, on est rendu ailleurs. Surtout pour les jeunes du secondaire, dans leur usage quotidien, on sait que ça devient un outil pour la plupart des jeunes », explique Sylvain Turcotte, professeur à la faculté des sciences de l’activité physique de l’UdeS et l’un des collaborateurs du projet. 

Les parents de toutes les écoles publiques francophones de la région seront mis à contribution, en vue de passer le sondage en ligne destiné aux enfants de niveau primaire. Des élèves du secondaire seront sondés dans les établissements.

« On va aussi aller sonder la perception des jeunes, voir si c’est faible ou élevé comme utilisation. Je pose la question parfois à mes étudiants. Ça me fait toujours rire. Il y a des étudiants qui vont me répondre cinq heures par jour (de temps d’écran) et on voit que pour certains c’est faible, pour d’autres, c’est très élevé. »

Les responsables du projet veulent aussi connaître l’éventail d’écrans qui occupent les jeunes, de l’ordinateur en passant par les jeux vidéo.

Feux rouges

Lors de la première enquête, une série de feux rouges avait été établie, et pour lesquels des actions devaient être mises en place. L’objectif est une fois de plus de s’appuyer sur des faits saillants pour intervenir.

Parmi eux, on constatait que moins du tiers des élèves se rendaient à l’école à pied. Les parents estimaient qu’il était difficile pour leur enfant de se rendre à pied en toute sécurité. Est-ce qu’avec la construction de nouvelles écoles, cette donne pourrait avoir changé ? L’enquête s’intéressera une fois de plus au transport actif.

L’équipe de Sylvain Turcotte s’intéresse plus particulièrement à l’activité physique. Les données pourraient donner des balises aux écoles dans les orientations qu’elles prennent en matière d’activité physique. 

En 2010, plus de la moitié des jeunes Sherbrookois n’atteignaient pas la recommandation de 60 minutes d’activités. « Ce qu’on a vu apparaître dans les données, ce qu’on avait dans les feux rouges, c’était surtout au secondaire, à l’adolescence, qu’il y avait une diminution de l’activité physique. Ce qu’on commence à voir, c’est le troisième cycle du primaire. J’ai hâte d’avoir les données de l’étude dix ans plus tard. J’espère que ce que l’on entend, ça ne se reflètera pas dans nos données parce que si c’est le cas, la descente commence un peu plus tôt... »  

Le sondage en ligne doit commencer ce mois-ci et l’analyse des données se fera au printemps 2020. Les faits saillants devraient pour leur part être connus en septembre 2020.