Coincée à Porto Rico, Alexandra de Moor sera rapatriée dans les prochaines heures

Alexandra de Moor bientôt de retour

Alexandra de Moor pourra enfin serrer sa famille dans ses bras : l'étudiante de l'Université de Sherbrooke qui était hospitalisée à Porto Rico reviendra au Québec dans la nuit de samedi à dimanche. Son père doit la rejoindre ce samedi au Panama, où elle fera escale. Le soulagement était immense, vendredi, pour la jeune femme de 22 ans et pour ses proches.
Alexandra de Moor, photographiée en compagnie de sa mère Lise Champoux.
« C'est la première bonne nouvelle que je reçois depuis quelques jours. Je me sens tellement soulagée. En ce moment, je ne pense même plus à mes blessures... J'ai juste hâte de rentrer à la maison et de serrer mes parents et ma soeur dans mes bras », a commenté Alexandra à La Tribune par message texte vendredi.
« Mon visage me fait de plus en plus mal et enfle à vue d'oeil, mais mes genoux sont vraiment mieux qu'hier (jeudi) », a-t-elle précisé, tout en soulignant avoir aussi subi une commotion cérébrale.
La jeune femme qui étudiait à Saint-Thomas, aux Iles Vierges américaines, a dû être évacuée par hélicoptère à Porto Rico dans la nuit de mercredi, après avoir fait une chute d'environ dix pieds.
Celle qui complète son baccalauréat avec une session à l'international s'était réfugiée avec des amis dans une maison dans les montagnes pour se protéger de l'ouragan Irma. Elle est tombée après être sortie de son refuge et être allée constater la dévastation qu'a entraînée l'ouragan sur son passage.
Une amie américaine d'Alexandra de Moor se trouvait d'ailleurs toujours sur l'île vendredi.
Les proches d'Alexandra avaient littéralement organisé une cellule de crise afin de parvenir à la rapatrier rapidement. C'est en fin de journée vendredi que la famille a pu obtenir un passeport de sortie d'urgence.
C'était l'euphorie pour les proches d'Alexandra. Le soulagement ne sera toutefois total que lorsque la jeune femme aura atterri à Montréal. « On a juste hâte d'aller la chercher à l'aéroport », lance sa mère, Lise Champoux.
C'est la fin de longues heures d'angoisse. « La crise dure depuis vendredi dernier, depuis qu'on a annoncé les mesures d'urgence », raconte Mme Champoux. Les événements ont pris une tournure encore plus dramatique lorsque la jeune femme a été victime d'une chute, mercredi. « On est tellement fatigués ! » lance Mme Champoux au bout du fil. 
Démarches complexes
Les démarches de rapatriement ont été complexifiées notamment par le fait que le passeport de l'étudiante était demeuré dans la maison après qu'elle eut chuté. L'inquiétude de la famille était amplifiée par le passage imminent d'un autre ouragan près de Porto Rico. « Elle a vécu un ouragan, et il y en avait un autre qui s'en venait. »
L'île de Porto Rico a aussi été touchée par Irma. Alexandra de Moor a d'ailleurs été forcée de quitter l'hôpital où elle était hospitalisée, jeudi soir. L'établissement n'avait plus d'électricité. L'étudiante blessée et son amie ont finalement pu trouver refuge dans un hôtel.
Le père d'Alexandra de Moor prenait l'avion vendredi afin de gagner le Panama. Le père et sa fille seront enfin réunis à l'aéroport samedi.
Lise Champoux souligne que la famille a reçu de l'aide précieuse : tant du côté de l'agente de voyage, qui a eu un mal fou à lui dénicher un vol, que de l'UdeS et des différents intervenants gouvernementaux.
Le choix de cette session à l'international avait été influencé par les risques d'attentats en Europe. La jeune femme, qui avait d'abord lorgné la France, avait finalement arrêté son choix sur une île paradisiaque. « On avait peur des attentats ! » lance Mme Champoux en soulevant l'ironie de la situation et en soulignant qu'ils connaissaient les risques d'ouragan.