La direction de l’Université de Sherbrooke a tranché : les invités de l’extérieur pourront être admis aux activités étudiantes s’ils se retrouvent sur une liste approuvée par les directions facultaires.

Alcool à l’UdeS : les invités de l’extérieur pourront être admis

La direction de l’Université de Sherbrooke a tranché : les invités de l’extérieur pourront être admis aux activités étudiantes s’ils se retrouvent sur une liste approuvée par les directions facultaires. L’UdeS maintient toutefois sa position en ce qui concerne le pourcentage d’alcool lors des activités prolongées, comme les 5 à 11. Alors que l’AGEFLESH est satisfaite de ce qui est sur la table, la FEUS entend consulter ses membres pour voir ce que sera la suite des choses.

La décision a été communiquée aux représentants étudiants jeudi après-midi, en présence du recteur Pierre Cossette et de la secrétaire générale et vice-rectrice à la vie étudiante, Jocelyne Faucher.

En début de semaine, les étudiants avaient proposé des compromis à l’établissement, qui a modifié récemment son règlement sur la consommation d’alcool lors d’activités étudiantes sur le campus. L’UdeS avait été confrontée à des cas de comas éthyliques et de bagarres et c’est dans cette optique que le règlement avait été modifié.

La direction avait d’abord annoncé que les activités sociales comme les 5 à 8 ou les 5 à 11 seraient désormais réservées aux détenteurs d’une carte étudiante valide. La direction a finalement accepté un compromis à ce sujet. C’est toutefois le statu quo en ce qui concerne les pourcentages d’alcool : aucune boisson avec une teneur de plus de 6 % ne pourra être servie lors des activités de plus de trois heures (activités prolongées).

« Les invités sont permis tant dans les 5 à 8 que les activités prolongées selon les balises que se donnent les facultés avec leurs associations étudiantes. Il devra y avoir une liste préalable des personnes invitées... » explique Mme Faucher.
Représentant aux affaires socioculturelles de l’Association générale étudiante de la faculté des lettres et sciences humaines (AGEFLESH), Éli Dubois a précisé qu’il s’agissait d’une entente provisoire. L’association est satisfaite et elle se conformera à la règle établie en ne vendant plus de shooter.

Antoine Forcier, vice-président aux activités étudiantes, explique que les associations facultaires et l’exécutif de la FEUS se pencheront sur cette question, dimanche, lors du conseil des membres : « Comment va-t-on répondre à la situation? Accepte-t-on ce règlement? Fait-on une contre-proposition? » a-t-il illustré. La FEUS est mécontente du statu quo sur le pourcentage d’alcool. « Pour nous, ce n’est pas une bonne solution », note M. Forcier, en soulignant que les gens pourraient être tentés d’apporter de l’alcool de la maison, par exemple. La FEUS représente environ 14 000 étudiants.

Mme Faucher précise que la directive sur les activités sociales et la consommation d’alcool sera dorénavant révisée annuellement, ce qui n’était pas le cas auparavant. « On le faisait plutôt de façon réactive, comme on a fait en octobre. » Elle souligne que les étudiants ont apporté des points intéressants en matière de sensibilisation. « Le conseil de la vie étudiante, où siègent sept étudiants, sera mandaté pour établir des plans de formation et de sensibilisation avec les étudiants », indique-t-elle.