Samuel Sigouin et Marc-Antoine Larente ont fondé Agropol il y a deux ans et demi. Maintenant installés dans un grand local de la rue Cherbourg, les deux entrepreneurs visent à servir leurs pousses et leurs produits prêts-à-manger végétaliens à tout le Québec.
Samuel Sigouin et Marc-Antoine Larente ont fondé Agropol il y a deux ans et demi. Maintenant installés dans un grand local de la rue Cherbourg, les deux entrepreneurs visent à servir leurs pousses et leurs produits prêts-à-manger végétaliens à tout le Québec.

Agropol : une jeune pousse urbaine à la conquête de la province [VIDÉO]

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
Initiative de journalisme local - La Tribune
Les affaires s’annoncent plutôt bien pour Agropol, cette jeune ferme urbaine établie au cœur de Sherbrooke. L’entreprise, qui avait au départ les restaurants comme principaux clients, a traversé toute une transformation depuis le premier confinement.

« On était 100 % orienté vers les restaurants. On a perdu 60 clients d’un seul coup quand ils ont fermé », se souvient l’un des fondateurs, Samuel Sigouin, qui est âgé de 26 ans.  

Mais après un déménagement et un changement de marché cible, ses propriétaires veulent maintenant se spécialiser dans le prêt-à-manger gastronomique, en cuisinant notamment leurs propres pousses biologiques, leurs fines herbes et les champignons gourmets de la ferme Mycotrophe de Frelighsburg. Une approche de la terre à l’assiette qui, ils l’espèrent, les aidera à se démarquer dans le domaine de l’alimentation végétalienne. 

Déjà, cette réorientation les a préparés à survivre à la deuxième vague, alors que les salles à manger estriennes ont été fermées à nouveau le 12 novembre. 

« Il y a des producteurs urbains et des transformateurs urbains, mais vraiment d’intégrer notre production verticale à travers une gamme de produits prêt-à-manger qu’on veut rendre accessible partout au Québec, ça c’est une première fois que ça se voit », avance M. Sigouin, qui est diplômé en communications et marketing. Son partenaire, Marc-Antoine Larente, 28 ans a pour sa part apporté son bagage de biologiste à la production.  

Une nouvelle entente avec Horizon Nature, un important distributeur d’alimentation naturelle et biologique, vient également d’être conclue. « On est super heureux de participer à la transformation alimentaire de la province. On veut aller toucher Montréal, Québec, le Saguenay... Aller remplir la province d’Agropol. On a vraiment l’impression qu’on a des produits et une façon de faire qui gagnent à être connus », ajoute M. Sigouin.  

Agropol cultive une dizaine de variétés de pousses en production verticale, à l’aide d’éclairage de photosynthèse. Chaque production est récoltée après une semaine.

Des bols et des boîtes 

Maintenant établie dans un local du 1060, rue Cherbourg depuis août dernier, l’entreprise, qui ne reposait que sur ses deux propriétaires à temps partiel il y a deux ans et demi, compte aujourd’hui huit travailleurs. 

Parmi ceux-ci, deux anciens chefs du milieu de la restauration sherbrookoise. Michael Cloutier Boutin et Reuben Bird signent les différents items du menu, comme des bols méditerranéens, des bols asiatiques, des salades, des wraps, et d’autres produits à base de protéines végétales. Ceux-ci, de même que les pousses et les champignons en vrac, sont en partie distribués chez plusieurs détaillants de la région, tandis que la clientèle peut aussi directement commander à l’avance en ligne et récupérer sur place à un moment convenu. 

Une nouvelle offre est même en route : les boîtes repas « Sans planche ni couteau », qui permettront une préparation rapide à partir d’ingrédients d’Agropol, ces derniers ayant été emballés dans des emballages réutilisables. 

« On est prêts à se faire connaître. On a un local intéressant et on veut que les gens viennent nous voir. L’avantage, avec ce qu’on fait, c’est qu’on peut rapidement augmenter la production en fonction de la demande », explique M. Sigouin, qui précise qu’avant le déménagement, les lieux n’étaient pas ouverts au public. 

Les gens de Sherbrooke et des alentours peuvent commander leurs produits, dont des repas prêt-à-manger, à l’avance. Ils les récolteront bien frais lors de l’une des deux journées de collecte hebdomadaires.