La députée de Sherbrooke Élisabeth Brière et la ministre de l’Agriculture Marie-Claude Bibeau, également députée de Compton-Stanstead, ont annoncé une aide de 10,4 M $ à 27 entreprises agroalimentaires du Québec, mercredi, à l’Université Bishop’s.
La députée de Sherbrooke Élisabeth Brière et la ministre de l’Agriculture Marie-Claude Bibeau, également députée de Compton-Stanstead, ont annoncé une aide de 10,4 M $ à 27 entreprises agroalimentaires du Québec, mercredi, à l’Université Bishop’s.

Agroalimentaire : BioBon vise les grandes chaînes

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
L’entreprise BioBon de Coaticook fait partie des 27 entreprises agroalimentaires québécoises qui se partageront 10,4 M $ du gouvernement fédéral afin d’améliorer leur productivité, notamment par l’achat d’équipements numériques et automatisés.

BioBon pourra compter sur une aide remboursable de 330 400 $ de Développement économique Canada. Cette aide lui permettra notamment d’acquérir un système de réfrigération, une éplucheuse et une emballeuse sous vide ainsi qu’un module de gestion intégrée.

L’aide financière du fédéral a été annoncée mercredi à l’Université Bishop’s par la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, en compagnie de la députée de Sherbrooke, Élisabeth Brière, au nom de leur collègue Mélanie Joly.

Grandes chaînes 

Connue pour son végépâté certifié biologique, BioBon connaît depuis quelques années une croissance exponentielle de ses ventes. Tant et si bien que l’entreprise, fondée à Compton par Pasquale Beauvais, veut maintenant se tailler une place sur les tablettes des géants de l’alimentation que sont les Métro, IGA et Loblaw. 

« Pour pouvoir entrer dans ces grandes chaînes-là, il faut avoir des plans préventifs, des certifications plus étoffées et un contrôle spécifique de notre industrie », explique Mme Beauvais, directrice générale de BioBon, dont l’usine, qui emploie 19 personnes, est en voie d’être agrandie et modernisée.  

« Comme on manquait de main-d’œuvre, il a fallu s’arranger pour produire davantage mais avec le même nombre de gens. On a donc dû automatiser certaines tâches qui sont plus difficiles physiquement, comme l’épluchage de légumes, le remplissage automatique, la cuisson, etc. Une fois la modernisation complétée, on va être capable de cuire 1000 végépâtés à la fois plutôt que 300 », illustre la directrice générale.

Selon la ministre Bibeau, la contribution fédérale permettra également aux 27 entreprises agroalimentaires du Québec d’obtenir du financement afin d’accroître leur compétitivité. « Beaucoup de ces entreprises sont situées en milieu rural. Elles contribuent au dynamisme de leur milieu. C’est important qu’elles puissent innover et mettre en place des pratiques plus durables pour être plus résilientes lorsque arrivent des événements difficiles comme la COVID-19. »

Régions

Parmi les 27 entreprises québécoises qui recevront l’aide du fédéral, trois sont situées en Mauricie : la Distillerie Mariana (64 500 $), les Menthes Rito (500 000 $) et Clos Sainte-Thècle (26 945 $). Deux sont situées dans la région de Québec : Vigneault Chocolatier (400 000 $) et Bel-Gaufre (250 000 $). Quatre sont situées au Saguenay-Lac-Saint-Jean : les Aliments du Royaume (71 939 $), Distillerie Beemer (209 050 $), TransAlim (120 000 $) et Charcuterie Fortin (500 000 $). Au Centre-du-Québec, la Fromagerie L’Ancêtre recevra 500 000 $.